Chine s'éloigne: Le spectre d'une guerre commerciale Etat-Unis

Péninsule coréenne: Trump jette de l'huile sur le feu

A Séoul le 5

Après une semaine de vives tensions, la Corée du Nord s'est dit prête samedi à répondre par "le nucléaire" à "toute attaque nucléaire", répondant au président Donald Trump qui a promis de "traiter le problème" nord-coréen.

La Corée du Nord a organisé pour ce samedi un grand défilé militaire pour célébrer le 105e anniversaire de son défunt fondateur Kim Il-sung sur fond de tensions accrues sur la péninsule coréenne à cause de ses programmes nucléaire et de missiles. Sur fond de spéculations quant à un nouvel essai nucléaire nord-coréen.

"Les options militaires sont en train d'être étudiées" sur la Corée du Nord, a riposté un conseiller en politique étrangère de la Maison Blanche, sous couvert d'anonymat, ajoutant s'attendre à ce que Pyongyang procède à un nouveau test, soit de missile balistique soit nucléaire. Pour l'heure Pyongyang ne semble avoir ni réussi à contruire des missiles d'une portée suffisante pour atteindre le territoire américain ni à intégrer un engin atomique sur un lanceur.

Pékin plaide depuis plusieurs semaines pour une solution dite " suspension contre suspension ": Pyongyang doit interrompre ses activités nucléaires et balistiques, et Washington ses exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, des manoeuvres annuelles considérées par le Nord comme une provocation. "Avec ce régime, la question n'est pas de savoir si (cela va arriver) mais juste de savoir quand", a ajouté cette source. Alors que la Chine a dit redouter un "conflit à tout moment", l'armée de Pyongyang a promis ce vendredi 14 avril une "réponse sans pitié" à toute provocation des Etats-Unis, tandis qu'un porte-avions américain faisait route vers la péninsule coréenne.

"La démonstration de force américaine a appelé mardi la réponde du Nord, qui a dénoncé l'envoi " insensé " de ce groupe aéronaval et a prévenu qu'il était prêt pour la " guerre ". En contrepartie, le président Trump a demandé de l'aide de ce dernier pour empoigner le problème avec la Corée du Nord. Nous nous entendons très bien.

Selon Han Song-ryol, qui assure que le pays ne restera pas "les bras croisés" en cas d'agression, l'attitude des Etats-Unis et de ses alliés est responsable du fait que la situation est désormais enfermée dans "un cercle vicieux". Mais en agissant ainsi il renforce, également, la conviction de Kim Jong-un (dont le caractère imprévisible le dispute au président américain) que la survie de son régime repose sur la possession d'une arme nucléaire, seule garantie contre une agression impérialiste, seul moyen de parler d'égal à égal avec les grandes puissances.

Il a ainsi coupé le ruban rouge du complexe de Ryomyong Street qui rassemble plusieurs immeubles et gratte-ciels de différentes formes. Certains sont ronds, d'autres carrés ou encore octogonaux. La plus haute tour compte 70 étages et culmine à 234 mètres. Et surtout, pour parvenir à une " victoire contre les sanctions impérialistes ".

Dernières nouvelles