Corée du Nord: Pékin veut l'aide russe pour "apaiser la situation"

Corée du Nord: quiconque déclenchera une guerre «en payera le prix», selon Pékin

La Corée du Nord promet une "réponse sans pitié" à toute provocation américaine

Sur la place principale de Pyongyang, samedi, Choe Ryong-hae, un proche conseiller de Kim Jong-un, s'est adressé à la foule et a réitéré son avertissement à Washington: "Si les Etats-Unis mènent une provocation imprudente contre nous, notre pouvoir révolutionnaire répliquera dans l'instant par une frappe destructrice et nous répondrons à la guerre totale par la guerre totale et à la guerre nucléaire par notre style de guerre nucléaire". Des milliers de soldats ont défilé au pas de l'oie devant le leader du régime, Kim Jong-Un, accompagnant des camions de missiles.

Selon plusieurs observateurs, la Corée du Nord, dont le programme nucléaire est à l'origine de tensions internationales grandissantes, pourrait procéder prochainement à un nouveau tir de missile balistique, voire même à son sixième essai nucléaire, en dépit des interdits de la communauté internationale. Il pourrait s'agir de nouveaux missiles balistiques intercontinentaux, a indiqué à l'AFP Chad O'Carroll, du média NK News spécialisé sur la Corée du Nord.

De son côté, la Chine a averti vendredi qu'un "conflit peut éclater à tout moment": quiconque en sera à l'origine "devra assumer une responsabilité historique et en payer le prix", a martelé le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

" Empêcher la guerre et le chaos sur la péninsule est conforme aux intérêts communs " de Pékin et de Moscou, a-t-il souligné. De nombreux signes laissent penser que le site d'essai nucléaire de Punggye-ri est prêt pour un nouveau test souterrain, selon des experts du site 38 North et selon plusieurs responsables américains cités mercredi par la radio Voice of America (VOA).

Pyongyang est sous le coup de nombreuses sanctions imposées par les Nations unies en raison de ses programmes nucléaires et balistiques et de son ambition de se doter d'un missile capable d'atteindre les Etats-Unis.

La Corée du Nord sort les muscles.

De son côté, la Russie, également "très inquiète", a appelé toutes les parties à la "retenue" et mis en garde contre "toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation".

La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a dévoilé pour la première fois samedi un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) à l'occasion d " un défilé militaire à Pyongyang.

Précédemment, le Conseil de sécurité nationale américain avait présenté au Président Donald Trump un rapport sur les réactions possibles des États-Unis à la menace nucléaire émanant de Pyongyang comprenant, entre autres, la possibilité de déployer l'arme nucléaire en Corée du Sud. Mais la Chine juge qu'il s'agit de "la seule option réalisable" et met Washington au défi d'avancer "une meilleure proposition".

Dernières nouvelles