Corée du Nord: show militaire et menace de riposte nucléaire

La Corée du Nord se dit prête à répondre par le nucléaire à une attaque nucléaire

De grandes festivités se préparent pour ce samedi qui pourraient s'accompagner d'un essai de tir de missilie JUNG YEON-JE AFP or licensors

La chaîne de télévision NBC, citant une source dans le renseignement américain, a déclaré jeudi que Washington était prêt à effectuer une "frappe préventive par des moyens conventionnels " contre la Corée du Nord. Alors que le porte-avions américain Carl Vinson, le destroyer Stethem et une "armada " de l'US Navy font route vers la péninsule coréenne, la Corée du Nord s'apprête à prendre des mesures décisives. Décrit comme "nucléaire ", le premier vol d'essai de Pukguksong-2 a eu lieu le 12 février 2017, annonce Yonhap, précisant que le dirigeant Kim Jong-un avait supervisé le test. Plus tôt, les États-Unis ont envoyé vers la péninsule de Corée un groupe aéronaval conduit par le porte-avions Carl Vinson. Des unités militaires massées à Pyongyang pour une démonstration de forceDes unités militaires étaient massées samedi à Pyongyang en vue d'une démonstration de force du régime nord-coréen à l'occasion du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, le fondateur de la Corée du Nord dont le programme nucléaire est à l'origine de tensions internationales grandissantes Des centaines de camions à plateau remplis de soldats étaient ainsi alignés peu avant l'aube le long des rives du Taedong, le fleuve qui traverse la capitale nord-coréenne, en vue d'un défilé à travers la ville.

La tension monte d'un cran entre Pyongyang et Washington: au cours du défilé militaire de samedi, le vice-maréchal de l'Armée populaire nord-coréenne Choe Ryong-Hae a fait savoir que la réponse à une "guerre totale serait une guerre totale". Un déploiement qualifié d'"insensé" par le régime de Pyongyang.

La Chine a estimé vendredi qu'un "conflit pouvait éclater à tout moment": quiconque en sera à l'origine "devra assumer une responsabilité historique et en payer le prix", a martelé son ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, répétant que "le dialogue est la seule issue".

"Pour sa part, la Russie, " très inquiète ", a appelé toutes les parties à la " retenue " et mis en garde contre " toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation ". Selon de nombreux observateurs, la Corée du Nord pourrait profiter de cette date-anniversaire pour procéder samedi à un nouveau tir de missile balistique ou même à son sixième essai nucléaire, tous deux interdits par la communauté internationale.

Pyongyang est pourtant sous le coup de nombreuses sanctions imposées par les Nations unies en raison de ses programmes nucléaires et balistiques et de son ambition de se doter d'un missile capable d'atteindre les Etats-Unis.

Jeudi, une semaine après avoir frappé de manière soudaine la Syrie accusée d'avoir utilisé une arme chimique, les Etats-Unis ont utilisé en Afghanistan la plus puissante bombe américaine non-nucléaire jamais larguée, surnommée "la mère de toutes les bombes". Fin mars-début avril, la République populaire démocratique a effectué trois tirs de missiles balistiques vers la mer du Japon.

Les Etats-Unis rejettent le plan chinois.

Dernières nouvelles