Des incidents en marge du match Lyon - Besiktas, la pelouse envahie

Le coup d'envoi du quart de finale aller de l'Europa League entre Lyon et Besiktas a finalement été donné avec 45 minutes de retard, après l'envahissement du terrain du Parc OL par des supporters jeudi.

Ce sont des spectateurs du Virage sudqui ont pénétrés sur la pelouse, alors désertée par les joueurs, créant la confusion générale.

Parallèlement, des bagarres ont opposé des fans des deux équipes dans les tribunes. Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais tentera en vain de calmer les esprits.

La police a évacué la pelouse vers 19h10, permettant 30 minutes plus tard l'entrée des joueurs, puis le début du match vers 19h50 GMT. Le club turc a pourtant ouvert le score après un quart d'heure de jeu par l'intermédiaire de Ryan Babel (15, 0-1), ex-attaquant de Liverpool mais les hommes de Bruno Génésio ont renversé leurs adversaires du soir en toute fin de partie. "C'est la première fois que je vois ça", a témoigné pour l'AFP Amin, stadier depuis cinq ans à l'OL. À quinze minutes du début de la rencontre, la pelouse a été envahie par des dizaines de supporters.

Classé au niveau de risque le plus élevé (4 sur 4) par les autorités, ce match a eu lieu dans un contexte particulier, à trois jours d'un référendum en Turquie sur le renforcement des pouvoirs d'Erdogan. Sous prétexte de projectiles reçu de la part des supporteurs turcs, les hooligans lyonnais ont causé un retard de plus d'une demie-heure.

De violents incidents avaient déjà éclaté à l'entrée du Parc OL entre des supporters turcs et les forces de l'ordre.

Certains supporteurs trucs affirment sur les réseaux sociaux que des arméniens qu'ils ont reconnu se seraient infiltrés dans les tribunes turcs afin de provoquer les supporteurs lyonnais. Les CRS sont intervenus à coups de gaz lacrymogènes pour les séparer et cloisonner les deux groupes.

Dernières nouvelles