L'UEFA ouvre une procédure contre l'OL et Besiktas

Europa League- Des incidents retardent le coup d'envoi du match Lyon- Besiktas classé à haut risque

Europa League – Des incidents retardent le coup d'envoi du match Lyon – Besiktas classé à haut risque

Quelques heures avant ce match, opposant l'Olympique Lyonnais au Besiktas, des échauffourées avaient déjà débutés aux abords du stade. On fait le point. Il y a eu l'arrivée de supporters turcs qui n'auraient jamais dû être là, venant d'Allemagne. Sur les réseaux sociaux et les forums spécialisés, dès le tirage au sort, les supporteurs radicaux se réjouissaient d'ailleurs de la perspective de ce match. Ils ont exfiltrés des tribunes supérieures une cinquantaine de supporters turcs parmi les plus virulents, et interpellé 12 personnes. La faute à un incroyable couac de la billetterie de l'OL. "Pour le moment, nous ne sommes pas très rassurés sur la manière dont les choses peuvent se passer", a-t-il expliqué.

Le risque était connu depuis de nombreuses semaines.

Le président du club lyonnais s'est signalé, alors que la confusion se trouvait à son paroxysme, en descendant sur le terrain, au milieu des supporters paniqués, pour appeler au calme, avant de monter en tribune et d'échanger avec eux via le micro du kop. L'OL avait privilégié ses abonnés sur les premier et deuxième étages du Parc OL. Autrement, je pense qu'on n'aurait pas pu jouer.

Jean-Michel Aulas, quel est votre sentiment sur l'envahissement du terrain? "C'était quasiment obligatoire dans ces conditions qu'il y ait des débordements". Avec les supporters du PSG et ceux du Besiktas Istanbul. Il ne semble pas se soucier qu'une jeune adolescente se situe dans son angle de mire.

La rencontre a également été l'occasion d'observer de graves échauffourés devant le stade. La boutique officielle du club a été saccagée. Idem le 30 novembre 2015, pour la réception du Lokomotiv Moscou avec 26 000 euros d'amendes pour engins pyrotechniques, pour des escaliers bloqués.

Pour le compte de ce quart de finale aller de la Ligue Europa, la sécurité avait été renforcée avec 1 000 stadiers disposés dans l'enceinte du Parc OL pour ce match à haut risque. Un match qui pose plusieurs questions sur l'organisation de la rencontre.

En football, "tout peut aller très vite". Ces messages étaient signés pour certains "BG87", soit les Bad Gones, principal groupe de supporters de l'Olympique lyonnais. Des clichés ont fuité sur Internet lors de la rencontre. A deux jours d'un déplacement pourtant d'importance pour l'équipe de Bruno Genesio dimanche, à Bastia (17 heures), les seules présences face aux médias d'Annie Saladin, la responsable sécurité du club, et de Vincent Ponsot, le directeur général adjoint en charge du juridique, suffisaient à indiquer le caractère exceptionnel du contexte.

Jean-Michel Aulas, en costume-cravate, à l'avant de la tribune des ultras lyonnais.

Dernières nouvelles