Les USA examinent "toutes les options" — Corée du nord

La Corée du Nord est prête à répondre par le nucléaire à toute attaque nucléaire

La Corée du Nord est prête à répondre par le nucléaire à toute attaque nucléaire. | STR AFP

"L'ère de la patience stratégique est révolue", a ajouté M. Pence, en référence à la doctrine de l'administration Obama qui consistait à refuser tout dialogue avec le Nord et à durcir les sanctions, afin que Pyongyang fasse des gestes tangibles vers la dénucléarisation, dans l'espoir que les tensions internes dans ce pays reclus provoquent du changement. "Ce dernier test s'inscrit dans un schéma de comportement provocateur, déstabilisateur et menaçant de la part du régime nord-coréen", a déclaré le général McMaster dans l'émission This Week de la chaîne ABC".

Washington a martelé hier travailler étroitement avec Pékin pour "résoudre pacifiquement" la question du nucléaire nord-coréen, quelques heures après l'échec d'un tir de missile par Pyongyang. "Nous verrons ce qui se passe!", a écrit le dirigeant américain.

" Le commandement des forces américaines dans le Pacifique a détecté et suivi ce que nous estimons être un tir de missile nord-coréen à 11 h 21 heure d'Hawaï, le 15 avril, depuis le site de Sinpo", sur la façade océanique du pays, a déclaré Dave Benham, son porte-parole. Nous n'avons pas besoin d'accroître les ressources face à cela... En parallèle, une série de missiles conventionnels et améliorés dont le missile balistique à moyenne portée "Pukguksong-1", des prototypes de missiles mer-sol ainsi que de nouveaux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) ont été dévoilés en masse.

Le N.2 du régime nord-coréen a répliqué samedi que son pays était prêt "à répondre à une guerre totale par une guerre totale" et "à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire de notre façon".

Les troupes d'élite de l'armée nord-coréenne se composent actuellement de 200.000 personnes: 140.00 personnes dans l'infanterie et 60.000 dans un corps d'élite, destiné à des missions spéciales. Cette équipe serait ainsi entraînée pour se glisser dans la peau de Sud-Coréens pour tenter de surprendre les étrangers et les kidnapper.

Cet essai a été qualifié de "provocation " par Mike Pence, qui a réitéré la détermination des États-Unis à défendre l'alliance avec la Corée du Sud.

Les États-Unis rejettent le plan chinois.

La Chine est considérée comme le plus proche allié de la Corée du Nord, mais s'oppose fermement au programme nucléaire à visée militaire du régime de Kim Jong-Un.

Ce test, voire un sixième essai nucléaire, était largement attendu du régime de Pyongyang, alors que la tension est au plus haut avec Washington depuis que Donald Trump a affirmé jeudi sa volonté de "traiter" le "problème" nord-coréen et qu'il a envoyé un groupe aéronaval autour du porte-avions Carl Vinson vers la péninsule coréenne.

Dans une déclaration diffusée vendredi par KCNA, l'agence de presse officielle de la Corée du Nord, l'armée avait assuré que les bases américaines en Corée du Sud, "tout comme les quartiers-généraux du Mal", tels que la présidence sud-coréenne à Séoul, seraient "pulvérisés en quelques minutes" en cas de guerre.

Dernières nouvelles