Hollande brise son silence pour dézinguer Le Pen et Mélenchon

De son côté, François Fillon et ses soutiens ont vivement attaqué dimanche le candidat d'En Marche!, l'un des principaux concurrents du candidat de la droite à l'élection présidentielle qui le mettraient en échec au premier tour selon les sondages. D'autant que l'incertitude reste importante: "autour de 35 % des sondés restent indécis, et il y a les "changeurs", c'est-à-dire des gens qui changent de candidat au fil du temps", explique-t-il. "Il y a un péril face aux simplifications, face aux falsifications, qui fait que l'on regarde le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte", a clairement mis en garde le chef de l'État. Désormais crédité de 18 à 19% d'intentions de vote, il séduit nombre d'électeurs de gauche déboussolés par la campagne du candidat du PS Benoît Hamon et par Emmanuel Macron, naviguant aux marges de la droite.

"Puisque nous en sommes là aujourd'hui" et qu'il n'y a pas de rapprochement, "l'effort, la mobilisation doit se tourner vers la qualification de Jean-Luc Mélenchon", qui est "possible", a-t-il pressé.

Mais en quoi consiste le secret de cette brusque montée en popularité? Voilà bien une pensée de sous-marin", a lancé François Fillon, devant plus de 25 000 personnes, selon les organisateurs, et une marée de drapeaux tricolores. " Les quelques ralliés hétéroclites en seront les dupes, quand l'équipage socialiste refera surface.

Emmanuel Macron (En Marche!) battrait Marine Le Pen (Front national) avec 64%, il battrait François Fillon (Les Républicains) avec 65% et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) avec 55%.

Mais le chercheur ne considère pas moins la perspective d'un duel Le Pen-Mélenchon comme "le symptôme d'un effondrement du système politique ".

Le codirecteur de campagne du candidat socialiste émet l'hypothèse d'une responsabilité au sein du mouvement La France insoumise mais n'exclue pas un possible faux-pas de la part des socialistes: "S'il vient de l'équipe Mélenchon, c'est de bonne guerre".

Pour lui, une victoire de Marine Le Pen, improbable en mai, est en revanche possible en 2022 "si on continue à mettre en oeuvre des politiques libérales". Depuis, les partisans de Benoît Hamon essaient de sauver les meubles de leur candidat et ne ménagent plus le leader de la France Insoumise.

Selon Le Monde, le chef de l'Etat ne compte pas rendre public son vote du premier tour et se contente, selon ses mots, de "faire confiance à l'intelligence des Français ". Quelle drôle d'idée! Je n'ai jamais pensé à autre chose.

Dernières nouvelles