Saisie de l'usine de General Motors — Venezuela

GM ANNONCE LA CONFISCATION DE SON USINE AU VENEZUELA PAR LES AUTORITÉS

Saisie de l'usine de General Motors — Venezuela

Le pays est frappé par une crise économique sans précédent, au moment où l'opposition appelle de nouvelles manifestations.

C'est dans cet atmosphère de guerre civile que General Motors a annoncé le 19 avril 2017 la saisie par les autorités vénézuéliennes de son usine de Valencia, dans le nord du Venezuela.

Mercredi, l'usine a été "saisie de façon inattendue par les autorités vénézuéliennes, ce qui a empêché la poursuite normale des opérations", a indiqué dans un mail à l'Agence France-Presse la porte-parole du constructeur au Brésil, Julia Bastos. "En outre, d'autres actifs du groupe, comme des véhicules, ont été pris illégalement de ses infrastructures", a expliqué la filiale locale de la société, qui évoque des "dommages irréparables".

L'entreprise offrira "très bientôt " une compensation à ses salariés licenciés, a précisé la porte-parole, indiquant que la saisie a eu lieu à la suite d'une décision judiciaire. Le groupe automobile, par ailleurs troisième constructeur mondial, indique qu'il va prendre "toutes les mesures" possibles pour défendre ses droits face à cette "confiscation" jugée illégale. L'industrie automobile du Venezuela a été durement affectée par les pénuries de matières premières liées notamment à un système complexe de contrôles des devises du gouvernement socialiste.

De nombreuses usines ont drastiquement ralenti leur production.

Début 2015, Ford avait radié la valeur de son investissement au Venezuela, après avoir enregistré une dépréciation de 800 millions de dollars sur ses opérations dans le pays.

En 2014, le gouvernement vénézuélien avait annoncé la reprise "temporaire" de deux usines du fabricant de détergents américain Clorox, qui avait quitté le pays. Aujourd'hui, près de vingt arbitrages internationaux impliquent le Venezuela, en lien avec les nationalisations menées par l'ex-dirigeant socialiste Hugo Chavez et "père spirituel " de Nicolas Maduro.

Dernières nouvelles