Cazeneuve accuse Le Pen et Fillon de choisir "l'outrance et la division"

Emmanuel Macron, en tête des intentions de vote pour le premier tour dimanche, semble creuser son avance sur Marine Le Pen, tandis que François Fillon et Jean-Luc Mélenchon se disputent la troisième place, selon un sondage Ipsos Sopra Steria publié vendredi.

"Nous ne pourrons gagner cette guerre, si nous ne mettons pas fin immédiatement au laxisme pénal inouï qui a permis" selon elle à l'assaillant, visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers, "de réussir sa quatrième tentative d'assassinat contre les policiers", a dit Mme Le Pen. Interrogé par Hugo Clément, un des journalistes de l'émission de Yann Barthes sur TF1, sur le fait qu'il se "mettait au fake news", François Fillon a confirmé ce qu'il avait annoncé la veille en direct sur France 2. Crédité de 19,5 % des intentions de vote (en hausse de 0,5 point), il frôle même la barre symbolique des 20 %.

Car il ne faut pas se leurrer: les données chiffrées des dernières enquêtes, déjà publiées ou à venir dans les dernières heures de la campagne, joueront - parfois jusque dans le bureau de vote - un rôle déterminant dans le choix d'un nombre important de nos concitoyens.

A la question si elle redoute de nouveaux attentats avant le premier tour de la présidentielle ce dimanche, la candidate du Front National répond par l'affirmative.

Au contraire de Jean-Luc Mélenchon, une participation forte pourrait desservir François Fillon, dont l'électorat se déplace plus facilement vers les bureaux de vote.

Le candidat de droite, François Fillon, s'est pour sa part dit déterminé à combattre le terrorisme "d'une main de fer". Ces études étaient particulièrement attendues pour mesurer d'éventuelles évolutions depuis le dernier grand rendez-vous médiatique des onze candidats sur France 2 et l'attaque qui a coûté la vie à un policier sur les Champs-Élysées, au même moment jeudi soir. "Comment croire sur ce sujet un candidat qui lorsqu'il était Premier ministre en a supprimé 13.000 dans les forces de sécurité intérieure, là où pendant ce quinquennat il en aura été créé 9.000", a déclaré ce vendredi 21 avril Bernard Cazeneuve, le chef du gouvernement, au lendemain de l'attentat survenu sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris au cours duquel un policier a été tué et deux autres gravement blessés.

Le tribun de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, a quant à lui maintenu un "apéro insoumis" prévu vendredi soir dans un quartier parisien. Tous les scénarios prédisent la victoire d'Emmanuel Macron au premier comme au second tour. En fait, il n'y a pas d'autre candidat crédible en lice. Une figure du socialisme et de la gauche derrière laquelle Benoît Hamon veut inscrire ses pas. Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a lui confirmé qu'il irait en Seine-Saint-Denis puis dans l'Essonne. Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade et François Asselineau sont crédités de 0,5%.

Dernières nouvelles