Présidentielle : Macron devant Le Pen, Fillon et Mélenchon s'accrochent

Plus le premier tour approche, plus le suspense s'accroît, indique pour sa part "Le Figaro", ajoutant qu'à J-5, quatre candidats sont donc encore susceptibles de se qualifier pour le second tour, sans que les critères qui détermineront le choix des électeurs apparaissent clairement.

La quatuor de tête des sondages toujours dans un mouchoir de poche. Alors que les candidats tentent de réaliser un difficile exercice d'équilibriste cette semaine - mobiliser leur base électorale sans risquer de braquer des électeurs moins acquis, essayer de convaincre les indécis et les abstentionnistes en marquant les esprits tout en évitant les dérapages - ces stratégies de fin de campagne commencent-elles à faire bouger les lignes dans un contexte jusqu'alors très incertain?

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin.

M. Macron et Mme Le Pen sont à l'heure actuelle donnés en tête des intentions de vote, suivis de près par M. Fillon et M. Mélenchon, et le sprint final sera d'autant plus serré que les pronostics des sondages pour le premier tour se situent dans la marge d'erreur.

L'indice de participation est évalué à 73% (+1) du corps électoral et 69% des personnes certaines de voter considèrent leur choix définitif, un pourcentage en baisse de trois points, contre 31% qui peuvent encore changer d'avis. Contactés par France Info, plusieurs instituts n'écartent pas la possibilité de présenter trois visages au lieu de deux. Face à François Filon elle perdrait avec 42% contre 58 et 40% contre 60 face à Jean-Luc Mélenchon comme face Emmanuel Macron. Le candidat de La France insoumise, bien qu'il ne possède pas le don d'ubiquité, a tenu un meeting à Dijon et s'est démultiplié à Nantes, Clermont-Ferrand, Montpellier, Grenoble, Nancy et Le Port, sur l'île de la Réunion. Après avoir rencontré le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, il a enregistré jeudi soir le ralliement de Dominique de Villepin, ancien Premier ministre de Jacques Chirac.

Sa bête noire, Jean-Luc Mélenchon, qui a réussi à le rattraper dans les intentions de vote grâce à une campagne atypique sur les réseaux sociaux et sur le terrain, s'exprimera lui en premier.

Troisième, le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon progresse d'un demi-point à 19,5%. Celle-ci se retrouve désormais devancée par Emmanuel Macron (23%). Dans un entretien au Parisien, la secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel annonce qu'elle votera pour le candidat d'En Marche! à l'élection présidentielle afin d'éviter un second tour entre François Fillon et Marine Le Pen. En clair, plus le temps passe, plus le vote utile peut prendre de l'ampleur dans l'esprit des électeurs, notamment sous l'influence des sondages.

François Fillon, quant à lui, est déterminé à faire mentir ceux qui l'avaient enterré après les révélations fin janvier sur des emplois fictifs présumés attribués à sa famille et rémunérés sur les deniers publics, qui lui valent une inculpation.

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 4% (=), le trotskiste Philippe Poutou et le centriste Jean Lassalle de 1,5%, François Asselineau de 1%, Nathalie Arthaud de 0,5%.

Dernières nouvelles