Un attentat terroriste frappe le cœur de la France

Attentat des Champs-Elysées: l'enquête se poursuit

Sarah BRETHES AFP

Une fusillade a éclaté vers 21 heures cette nuit sur l'avenue des Champs Elysées à Paris. Un échange de tirs a eu lieu, un policier est mort après avoir été touché à la tête, et deux autres ont été grièvement blessés. Il a ensuite tenté de prendre la fuite en courant en essayant de viser d'autres policiers.

L'agresseur abattu est un Français de 39 ans, Karim Cheurfi, résidant à Chelles, une banlieue à 18 km à l'est de Paris et connu de la police et de la justice.

Le procureur Molins a souligné que Karim Cheurfi "n'était pas fiché S" (considéré comme une menace pour la surêté de l'Etat) et "n'avait pas présenté tout au long de sa période d'incarcération, donc pendant une période de quasiment 14 ans, (.) de signes de radicalisation ou de signes de prosélytisme".

L'attentat sur les Champs-Elysées, qui a coûté la vie jeudi soir à un policier, a suscité l'effroi et perturbé les dernières heures de la campagne présidentielle, à deux jours du premier tour, un "rendez-vous démocratique" "que rien ne doit entraver" ont rappelé les autorités vendredi.

Karim Cheurfi avait été arrêté le 23 février après avoir affirmé à un proche, en décembre, vouloir "tuer des policiers en représailles de ce qui se passait en Syrie", pris des contacts pour acheter des armes et acheté des couteaux commando, une mini-caméra et des masques sur internet. L'homme a ouvert le feu à l'aide d'une arme de guerre automatique sur des policiers en surveillance statique, stationnés dans un véhicule. L'homme avait été interrogé, mais remis en liberté, faute d'éléments probants.

Un fusil à pompe et des armes blanches dont un couteau de cuisine ont été retrouvés dans la voiture de l'assaillant qui a tiré sur des policiers, jeudi soir, sur les Champs-Elysées, selon BFMTV.

"L'auteur de l'attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique", a déclaré l'EI dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq. Un policier et sa compagne avaient aussi été tués en juin lors d'une attaque à leur domicile à Magnanville, en région parisienne. Ce terrible événement a été revendiqué par l'Etat islamique. L'homme a semblé avoir agi seul lors de l'agression, et des investigations sont en cours pour établir "s'il a bénéficié ou pas de complicités", a ajouté François Molins. Enfin, en 2014, il devait purger une peine de quatre ans de prison pour des faits de vols avec effraction, refus d'obtempérer, recel de vol et usurpation de plaque d'immatriculation, le tout en récidive pour des faits commis en 2013. Il avait déjà été condamné en 2005 à quinze ans de réclusion pour tentatives d'homicide volontaire sur un policier, un élève gardien de la paix et le frère de celui-ci, en Seine-et-Marne. L'agent de 37 ans était également membre du Flag, une association de policiers et de gendarmes LGBT.

Du reste, Karim Cheurfi n'est pas décrit dans son voisinage comme un homme radicalisé ayant pu graviter dans la nébuleuse salafiste jihadiste. Et ce ne sont pas les touristes qui ont été la principale cible de ces attaques mais les forces de l'ordre.

Ce vendredi matin, le porte-parole du ministère de l'Intérieur a confirmé sur Europe 1 que "les autorités françaises enquêtent sur un homme signalé par la Belgique".

Dernières nouvelles