Présidentielle: Macron à deux semaines du pari gagnant

Marine Le Pen n’est pas arrivé en tête mais se qualifie pour le second tour de l’élection présidentielle française

Marine Le Pen n’est pas arrivé en tête mais se qualifie pour le second tour de l’élection présidentielle française.-Reporters DPA

- Emmanuel Macron (23,47% des voix) a finalement ratissé large, offrant une sorte d'exutoire pour des Français largués par les errements des deux camps qui monopolisent la vie politique depuis un demi-siècle. Mais François Fillon a connu des échecs successifs suite au scandale qui a éclaté en début d'année et à l'enquête ouverte sur lui par les autorités judiciaires. Emmanuel Macron a quasiment fait carton plein en Nouvelle-Aquitaine en terminant en tête dans les Deux-Sèvres, la Vienne, la Charente, la Charente-Maritime, la Creuse, la Haute-Vienne, la Corrèze, la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

Après les résultats du premier tour de l'élection présidentielle qui placent Emmanuel Macron en tête des suffrages (23,75%) face à Marine Le Pen (21,53%) au second tour, les journaux français mettent tous en avant la perspective d'assister à ce duel inédit Macron-Le Pen. Journal libéral, The Economist affirme ainsi que le deuxième tour déterminera "si une démocratie occidentale peut défier la tendance et affronter le nationalisme populiste". Et ça s'est ressenti au Touquet, où son épouse possède une villa et où le candidat En Marche! a voté dimanche. " a estimé dimanche le président du mouvement, Christophe Billan, dans un entretien à l'hebdomadaire Famille chrétienne sur Internet". Elle devance Emmanuel Macron, 22,1% des voix, Jean-Luc Mélenchon, 20,5%, et François Fillon 17,5%.

Dans cette perspective, l'ancien ministre de l'Economie va dédier les 48 prochaines heures "à des échanges politiques", dixit son entourage. Le candidat de la France insoumise, visiblement marqué par son élimination dimanche soir, n'a pas donnée de consignes de vote, expliquant s'en remettre à l'avis des 450.000 soutiens de sa plateforme internet jlm2017.fr. "Une faute", a dénoncé le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis.

"Le principal danger, c'est le drame démographique qui annonce le déferlement de vagues migratoires et la submersion de nos pays", s'emporte-t-il pour Le Parisien.

L'hypothèse d'un second tour Emmanuel Macron-Marine Le Pen a été testée bien avant les résultats du premier tour. Selon les résultats des sondages publiés régulièrement, la présidentielle française 2017 annonçait dans un premier temps plusieurs duels à deux candidats, puis une situation où trois candidats ont émergé, et à la fin une lutte entre quatre candidats favoris. "Le logiciel politique de la Ve République est cassé", écrit le quotidien.

Sa porte-parole Aurélie Filippetti a également jugé "indispensable " de "contrer la menace FN ", tout comme Martine Aubry, maire de Lille et soutien de Benoît Hamon, qui a appelé à "faire barrage au Front National (...) comme en 2002 ", sans mentionner le nom d'Emmanuel Macron. L'ancienne ministre de la justice, Christiane Taubira, appelle, elle, à voter sans "atermoiement " pour le candidat d'En Marche! et à mener ensuite "le combat pour les idées " lors des élections législatives.

A gauche, le candidat socialiste Benoît Hamon, balayé avec environ 6% des voix, a appelé lui aussi à voter contre la candidate du FN en déplorant "une défaite morale" pour la France "et une partie de la gauche".

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France): 4,75%.

Dernières nouvelles