Qui a voté quoi dans nos départements — Présidentielles

De son coté, le journal communiste l'Humanité, est sans ambiguïté, il fait sa Une avec " Jamais " barrant la photo de Marine Le Pen.

Inconnu du public jusqu'à sa nomination au ministère de l'économie en 2014, Emmanuel Macron, 39 ans, relève un pari jugé fou il y a encore un an avec un positionnement idéologique inédit, ni droite ni gauche, à la tête de son mouvement En Marche!, créé le 6 avril 2016.

Cauchemar des marchés, Marine Le Pen a salué "un résultat historique", avec le score le plus élevé de son parti à une élection présidentielle. Même au plus fort des difficultés judiciaires, il n'avait pas voulu céder sa place de candidat. Quelques secondes avant que les résultats ne soient annoncés, ils chantaient déjà l'hymne national, La Marseillaise. Emmanuel Macron aura, selon son entourage "des échanges politiques", c'est à dire des négociations avec une partie de la droite et de la gauche pour s'assurer les conditions de soutien et préparer un gouvernement d'ouverture. Le candidat lui est allé dîner dans un restaurant chic du VIe arrondissement parisien. - Emmanuel Macron (23,47% des voix) a finalement ratissé large, offrant une sorte d'exutoire pour des Français largués par les errements des deux camps qui monopolisent la vie politique depuis un demi-siècle. Eh bien, Marine Le Pen se posera en recours!

Un "front républicain" qui rappelle l'élection présidentielle de 2002 qui avait vu le fondateur du FN, Jean-Marie Le Pen, père de Marine, se qualifier au second tour du scrutin face à Jacques Chirac avant d'être battu à plate couture (17,79%) du fait du rassemblement contre lui.

Un rapide coup d'oeil aux taux de participation aux primaires de la droite et de la gauche laisse dès lors envisager une dynamique plus importante à droite en ce qui concerne le résultat de la présidentielle.

A Toulouse, les électeurs ont clairement choisi Jean-Luc Mélenchon.

A Castres, c'est Emmanuel Macron qui arrive en tête avec 22,4% des voix. Jean-Luc Mélenchon accroche la deuxième place (19,70%).

A Mazamet, c'est François Fillon qui arrive en tête: 24,9% des voix.

François Asselineau (Union populaire républicaine) - 0,92%. Le candidat LR a toutefois appelé à voter pour Emmanuel Macron au second tour.

Si Mitterrand a surtout réussi à atomiser le parti communiste, créant de toutes pièces le parti extrémiste de droite, profitant même dans sa stratégie de diviser pour régner, Hollande est en passe de faire de même avec le parti socialiste dans sa déclinaison classique, achevant l'oeuvre de Mitterrand.

La Ville rose se teinte sévèrement de rouge, mais n'est pas la seule du grand sud à avoir fait le choix de Jean-Luc Mélenchon. Aucun mandat électif à son actif.

A gauche, le candidat socialiste Benoît Hamon, balayé avec 6,35% des voix, a appelé, lui aussi, à voter contre la candidate du FN.

Pour le Parti socialiste, après l'échec spectaculaire de Benoît Hamon, "c'est la fin d'un cycle, c'est la fin d'une histoire", insiste Manuel Valls. "J'ai échoué à déjouer le désastre qui s'annonçait depuis plusieurs mois, et voire depuis plusieurs années", a-t-il ainsi déclaré. C'était sans compter sur le profil de François Fillon, le plus mauvais pour Les Républicains, son talon d'Achille ayant été ce qui a compté le plus en cette élection: la dénonciation du système et de ses privilèges.

Dernières nouvelles