Etats-Unis : Donald Trump déclare la guerre, commerciale, au Canada

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le 13 février 2017 à la Maison blanchePlus

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le 13 février 2017 à la Maison blanchePlus

Dans un échange avec des médias conservateurs rassemblés à la Maison-Blanche, tard lundi, le président aurait déclaré, selon Breitbart News: " Nous aimons le Canada, des gens merveilleux, un pays merveilleux, mais ils ont été très bons pour profiter de nous par le biais de l'ALÉNA (Accord de libre-échange nord-américain).

Les relations entre le président républicain et le premier ministre canadien Justin Trudeau semblaient pourtant plutôt bonnes.

M. Trump a ouvert plusieurs fronts sur le plan commercial, estimant que trop d'emplois industriels sont partis à l'étranger, notamment au Mexique, et que les Etats-Unis sont victimes de pratiques déloyales de leurs partenaires commerciaux.

Selon un communiqué, Justin Trudeau a "réfuté les allégations sans fondement " des Américains accusant les forestiers canadiens d'exporter du bois de construction aux États-Unis à un prix de dumping, inférieur aux coûts de production, grâce à des droits d'exploitation très faibles au sein des forêts provinciales. "Les Etats-Unis ont un excédent commercial de 400 millions de dollars avec le Canada dans le secteur du lait, ce n'est donc pas le Canada qui pose un problème ici", a-t-il ajouté.

Le président américain a promis mardi de s'en prendre aux importations de produits canadiens.

Cette polémique intervient au moment où les Etats-Unis ont relancé un vieux conflit commercial avec le Canada en imposant des taxes sur les importations de bois de construction qui ont provoqué une vive réaction d'Ottawa.

Le secrétaire au Commerce américain Wilbur Ross a souligné mardi que si les Canadiens "sont généralement un bon voisin, cela ne veut pas dire qu'ils ne doivent pas suivre la règle du jeu". Mais seulement certains, sur ce total, sont visés.

Le Mexique semblait jusqu'à présent la cible privilégiée de Donald Trump, mais il a donc choisi de tourner dans l'immédiat ses canons commerciaux vers son voisin septentrional.

Déjà la semaine dernière, alors qu'il était en visite dans le Wisconsin, un Etat du nord des Etats-Unis grand producteur de lait et de fromage, Donald Trump avait qualifié de "honteuses" des mesures canadiennes de limitation des importations de concentré de protéines de lait.

L'APFC offre une voix, au Canada et à l'étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l'environnement.

Pour le président de la Fédération des producteurs lait du Québec, Bruno Letendre, aucune règle n'empêche un industriel d'acheter à qui bon lui semble et, a-t-il ironisé sur Radio-Canada, Donald Trump a fait "une petite montée de lait".

Dans une entrevue qu'il a accordée à l'agence de presse américaine Associated Press dans le Bureau ovale, vendredi, pour parler des 100 premiers jours de son mandat, M. Trump a déclaré qu'il allait, soit renégocier l'accord, soit y mettre fin.

On ne sait pas exactement jusqu'à quel point le président envisage sérieusement un retrait, ou s'il ne se sert pas de cette menace pour activer les négociations.

Dernières nouvelles