"Rien n'est jamais gagné" — Macron

François Hollande devant le palais de l'Élysée

François Hollande devant le palais de l'Élysée

Emmanuel Macron a répondu en estimant "ne pas avoir de leçons à recevoir".

Comme prévu avant même le premier tour de l'élection présidentielle, le débat entre les deux successeurs potentiels de François Hollande aura lieu le 3 mai.

Marine Le Pen, qui s'est symboliquement mise en congé de la présidence de son parti, a choisi une stratégie offensive d'occupation du terrain et d'attaques frontales contre son adversaire.

La candidate du FN avait commencé la journée au marché de gros de Rungis (Val-de-Marne).

"Emmanuel Macron est pour la dérégulation totale, l'ouverture totale, le libre-échange total".

La candidate d'extrême droite multiplie les déclarations dans le but de séduire les électeurs déçus des résultats du premier tour. "Si les choses étaient gagnées, on n'aurait pas vu d'autres élections à l'étranger tourner comme elles ont tourné", a-t-il ajouté, interrogé sur les déclarations de François Hollande selon lesquelles " rien n'est fait avant le second tour ".

Marine Le Pen tiendra jeudi soir un meeting à Nice, bastion de la droite qui a placé François Fillon devant elle, puis au Parc des Expositions de Villepinte pour un grand meeting à l'occasion du traditionnel 1er mai frontiste.

Le vice-président du FN, Florian Philippot a assuré que "beaucoup d'électeurs" de Jean-Luc Mélenchon, qui n'a pas pris position pour le second tour, pouvaient voter pour Marine Le Pen, invoquant notamment la volonté d'abroger la loi travail ou de combattre "le poids de la finance". Il en a été de même pour la soirée de fête organisée par Emmanuel Macron au restaurant chic La Rotonde le soir du premier tour qui a été manifestement ressenti comme une provocation par beaucoup.

Alors que le vote En marche! au second tour, nécessaire rappelons-le, constituera pour toute une catégorie de personnes une conversion opportuniste et quasi définitive au libéralisme ambiant (appelons cela poliment la social-démocratie), la défaite programmée de Marine Le Pen ne fera que renforcer les populismes, la tentation xénophobe et les volontés d'isolationnisme.

"L'oligarchie, du PS à l'UMP, du Medef à l'UOIF, d'Angela Merkel à la Commission européenne, des patrons de presse aux patrons du CAC 40", soutient M. Macron, selon le directeur de campagne.

Sans oublier Jean-Luc Mélenchon, qui n'a toujours pas annoncé son choix.

Emmanuel Macron a également assuré mardi que "rien n'est gagné" dans la bataille du second tour de la présidentielle face à Marine Le Pen, répondant à un avertissement de François Hollande, pour qui le score du Front national au premier tour ne doit pas être sous-estimé.

Au sein de LR en effet, certains excluent catégoriquement de participer à une coalition autour d'Emmanuel Macron tandis que d'autres n'auraient "aucune hésitation" à intégrer le gouvernement si le leader d'En Marche! se retrouvait sans majorité claire à l'Assemblée nationale.

Emmanuel Macron sera mercredi dans la Somme, où il se rendra à l'usine Whirlpool d'Amiens, menacée de fermeture, avant un meeting dans le Pas-de-Calais à Arras, deux départements où Marine Le Pen est arrivée en tête dimanche.

Dernières nouvelles