Les dirigeants européens satisfaits — Macron président

Second tour de l'élection présidentielle incidents lors d'une manifestation à Paris

Résultat présidentielle: Face-à-face tendu à Paris entre les manifestants d'extrême-gauche et les policiers

Le jeune centriste pro-européen Emmanuel Macron a assuré vouloir "tout faire" pour que les Français "n'aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes", dimanche après sa large victoire à la présidentielle marquée par un score historique de l'extrême droite.

Selon les derniers chiffres: Emmanuel Macron l'emporte avec 65,9 %. Ces assertions révèlent un soulagement au sein des institutions européennes, qui craignaient qu'une arrivée au pouvoir de Marine Le Pen ne vienne gripper les institutions.

Dans le Morbihan, les résultats sont définitifs. Il réunit dans la commune 60,81% des votants (contre 39,19% pour Marine Le Pen).

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a mis en garde la "gauche du gouvernement" qui doit "apporter sa contribution" au quinquennat d'Emmanuel Macron. Marine Le Pen, elle, obtient un peu plus de 22%. Sans surprise, il s'agit d'Emmanuel Macron qui a battu Marine Le Pen au bout d'une campagne mouvementée.

En Amérique du nord, Macron a littéralement écrasé la candidate frontiste. Exemples à Quimper, Brest, Guipavas ou encore Morlaix. De quoi doucher l'enthousiasme du désormais 8e président de la République. Marine Le Pen, elle, est visée par une enquête pour des soupçons d'emplois fictifs de collaborateurs du FN au Parlement européen.

Hillary Clinton, adversaire de M. Trump à la présidentielle, a évoqué sur Twitter une "victoire pour Macron, pour la France, l'UE et le monde".

A Mahina, l'écart est plus important.

Une problématique dont est bien conscient Emmanuel Macron, même s'il la largement minimisée vendredi, sur Europe1 en expliquant que, contrairement à 2002, il n'y avait pas eu de front républicain en 2017, et qu'il y avait donc une forme d'adhésion à son projet. Marine Le Pen est en dessous de la barre des 20%, avec 19,3% des suffrages.

Montée à Paris soutenir son candidat, Olga Givernet, conseillère régionale et référente d'En Marche! pour l'Ain, pouvait enfin savourer la victoire de son mouvement. Le député socialiste du Finistère applaudit dans un tweet le score d'Emmanuel Macron dans sa ville. "Félicitations au nouveau président", a également écrit sur le réseau social Martine Aubry.

Agnès Le Brun, maire de Morlaix (29), y voit elle "un résultat de dupe". Emmanuel Macron a été son secrétaire général adjoint de l'Elysée entre 2012 et 2014, puis son ministre de l'Economie, entre 2014 et 2016.

Le maire socialiste de Quimperlé, Michaël Quernez, pointe lui, "au delà de la satisfaction", "l'abstention et le vote blanc" qui "doivent interpeller le nouveau président". Elle félicite le nouveau chef de l'Etat.

Le Front national, qui n'a que deux élus sortants dans l'Assemblée, vise a minima l'obtention d'un groupe parlementaire. À l'en croire, le scrutin, marqué par une forte abstention évaluée à plus de 25% par les sondeurs, promet "une recomposition politique de grande ampleur autour du clivage entre les patriotes et les mondialistes".

Dernières nouvelles