Résultat élection présidentielle 2017 : Macron en tête à Bordeaux

Emmanuel Macron est arrivé largement devant en Meurthe-et-Moselle face à Marine Le Pen, selon les résultats définitifs publiés dimanche.

Devant une marée de drapeaux français, le candidat a reconnu que sa large victoire n'était pas "un blanc-seing", en disant qu'il ferait "tout pour" qu'il n'y ait plus "aucune raison de voter pour les extrêmes".

D'autre part, à l'inverse de l'élection présidentielle de 2002, qui avait opposé Jean-Marie Le Pen à Jacques Chirac au second tour, la qualification de la candidate du FN n'a pas provoqué une mobilisation massive au nom du "front républicain".

Ce second d'un second tour marqué par une forte abstention (25,38%), jamais atteinte depuis le scrutin présidentiel de 1969. Contrairement à 2002 où la présence du Front national avait mobilisé, l'abstention augmente nettement par rapport au 1er tour (22,23%).

Emmanuel Macron l'emporte cependant avec un taux d'abstention historique de 26 % et plus de quatre millions de votes blancs. Nouvelle illustration de cette fracture entre une France urbaine qui a massivement voté en faveur du candidat d'En Marche!, et cette France rurale qui se considère comme la grande perdante de la mondialisation, beaucoup plus réceptive aux discours de Marine Le Pen. Loin du triomphaliste qui lui avait été reproché après le premier tour, Emmanuel Macron a voulu mettre cette victoire sous le signe de l'humilité. Il a récolté 63,34% des voix et succède ainsi à François Hollande. Traditionnellement, le président se rend en haut des Champs Élysées, sous l'Arc de Triomphe pour saluer la mémoire du soldat inconnu et raviver sa flamme, symbole de la combativité et du sacrifice des soldats français pendant les deux guerres mondiales. À 39 ans, il devient le plus jeune président de la Ve République et même de l'histoire récente de la France. Natif d'Amiens, cet énarque, inspecteur des finances puis banquier d'affaires, accède à l'Elysée sans jamais avoir été parlementaire.

La vie politique française, caractérisée par son bipartisme écrasant, en aurait-elle fini avec la gauche socialiste et la droite républicaine? Devant la défiance des Français envers sa personnalité et son bilan, François Hollande avait renoncé en décembre à se présenter pour un second mandat, ce qui était déjà inédit.

Le président chinois Xi Jinping a adressé ce lundi un message de félicitations à Emmanuel Macron pour sa victoire à l'élection présidentielle française, assurant que Paris et Pékin partageaient " une responsabilité importante envers la paix et le développement dans le monde ".

"Je n'aurai pas d'état de grâce", a-t-il lui-même prévenu vendredi. Il démissionnera dès lundi de la présidence d'En Marche!.

La presse internationale salue une victoire qui est un "frein au populisme" (El Païs) et "rassure ceux qui craignaient que la France ne devienne le prochain pays à succomber aux sirènes du populisme, du nationaliste et de l'anti-mondialisation" (New York Times).

L'une des premières mesures annoncées est le dépôt d'une loi sur la "moralisation politique". M. Macron souhaite par ailleurs "dès l'été" réformer le droit du travail par ordonnances, malgré l'opposition à gauche.

En Marche! doit trancher cette semaine les investitures pour les législatives, avec force place laissée au "renouvellement".

Le PS, principal parti de l'Assemblée sortante mais balayé de la présidentielle avec les 6% de Benoît Hamon, est en grand danger, pris en tenaille entre MM.

Mais plusieurs responsables de la droite pourraient être tentés de rejoindre M. Macron, tel Bruno Le Maire, prêt à "travailler dans une majorité de gouvernement". Le Front national va-t-il devenir un véritable groupe d'opposition? Emmanuel Macron a largement séduit les villes notamment Nancy, fief centriste, où il dépasse les 80%. " Je proposerai donc d'engager une transformation profonde de notre mouvement afin de constituer une nouvelle force politique que de nombreux Français appellent de leurs voeux", a-t-elle déclaré.

Dernières nouvelles