Comment Macron prendra la place de Hollande — Passation de pouvoirs

Après la cérémonie, Emmanuel Macron a rejoint le QG d'En marche! dans le XVe arrondissement de Paris, là où, la veille, il était retourné fêter sa victoire avec son équipe après son discours au Louvre.

Tout au long de la journée de lundi, Emmanuel Macron a échangé par téléphone avec certains de ses futurs homologues, dont le président américain Donald Trump, qui l'a "félicité de sa victoire". Il devra ensuite s'atteler à la composition de son gouvernement en vue des législatives.

Le président Français sortant François Hollande a annoncé que la passation de pouvoir avec Emmanuel Macron aura lieu ce dimanche 14 mai à l'Elysée. La présidence par intérim a été confiée à Catherine Barbaroux, jusque-là déléguée d'En Marche!. Il risque d'y avoir presque autant de configurations que de circonscriptions, compte tenu des mouvements de fond en cours, avec des changements d'étiquette possibles jusqu'à la date limite de dépôt des candidatures le 19 mai. Il est devenu ministre d'un gouvernement.

En démissionnant dans la soirée de la région Paca pour redevenir maire de Nice, Christian Estrosi, a de son côté relancé les spéculations sur son éventuelle nomination au gouvernement.

Emmanuel Macron a également reçu depuis son élection des messages de félicitation du roi du Maroc Mohammed VI, de Vladimir Poutine, de la présidente chilienne Michelle Bachelet, du dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, ainsi que du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, du Premier ministre du Japon Shinzo Abe ou du Premier ministre indien Narendra Modi, précise son parti. A droite, Les Républicains sont partagés. Un bureau politique doit se tenir mardi en fin d'après-midi au siège du parti. Cette élection, à suspense, a focalisé l'attention mondiale, du fait de sa valeur de test face aux poussées nationalistes, de ses conséquences pour l'avenir européen, mais aussi de la jeunesse d'un candidat sans grande expérience politique et de son couple atypique avec une femme de 24 ans son aînée. Dans la ville natale d'Emmanuel Macron, les habitants, eux, se disent confiants. Mais Benoît Hamon appelle à un "maximum de candidatures d'union à gauche", mélenchonistes compris. "Quelque part, vous n'avez plus le pouvoir".

Dans le département, le candidat d'En Marche, Emmanuel Macron, bat Marine Le Pen, candidate du Front National en recueillant 72,82 % contre 27,18 %. Lors de la traditionnelle commémoration du 8 mai 1945 sur la tombe du Soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe, le Président sortant a en effet déclaré ressentir "beaucoup d'émotion" à donner, lors de ces cérémonies, "la marche à suivre" à Emmanuel Macron, qui, dans son parcours politique, l'a "suivi" puis "s'est émancipé", "sans trahir". "Au-delà du niveau de l'abstention, de la radicalisation des extrêmes à droite comme à gauche et du délitement des partis traditionnels, l'enseignement principal de ce 7 mai est que la France s'est choisie un homme neuf pour entamer sa transformation".

Dernières nouvelles