Le Conseil constitutionnel pourrait invalider le scrutin de Millas — Bulletins blancs

Le vote blanc n'est toujours pas comptabilisé parmi les suffrages exprimés

Le vote blanc n'est toujours pas comptabilisé parmi les suffrages exprimés

Les habitants de Millas avaient le choix, non pas entre deux, mais trois bulletins de vote ce dimanche lors du second tour de la présidentielle: Marine Le Pen, Emmanuel Macron et un bulletin blanc sans aucune inscription. Dans cette commune où Marine Le Pen est arrivée en tête avec 53% des voix, le Conseil constitutionnel pourrait bien ordonner de refaire le scrutin local, voire de l'annuler, purement et simplement.

Or, si le vote blanc est reconnu et décompté séparément du vote nul, le Conseil constitutionnel rappelle qu'il est de la responsabilité du seul électeur d'amener avec lui un bulletin vierge, s'il désire voter blanc.

Toujours concernant Millas, "la commission électorale a également constaté que 41 enveloppes manquaient à l'appel bien qu'elles aient été comptabilisées sur les procès-verbaux", relève Xavier Baudry.

Le scrutin de la commune de Millas dans le Pyrénées-Orientales pourrait être invalidé.

Au premier tour, l'opération était passée inaperçue, mais cette fois-ci un assesseur du Front national a immédiatement fait remonter l'information auprès des services préfectoraux. Peu avant 13 heures, les bulletins blancs ont donc été retirés des tables, à la demande de la Préfecture des Pyrénées-Orientales. Ce qui est formellement interdit par le code électoral.

Dernières nouvelles