" "Macron " a fait ce qu'il pensait devoir faire " — François Hollande

"Je voulais qu'Emmanuel Macron puisse être là, avec moi, à côté de moi, pour qu'une forme de flambeau puisse lui être passé puisque nous sommes aussi auprès de cette flamme" du Soldat inconnu, a déclaré le président sortant, interrogé sur France 2. Macron l'a "suivi" puis "s'est émancipé" sans trahir et "a été élu", a résumé le chef de l'Etat.

Avant de s'atteler à la composition de son futur gouvernement pour l'un et de retrouver un statut de citoyen "normal " pour l'autre, Président sortant et président élu se sont retrouvés ce matin pour célébrer la Victoire du 8 mai 1945. C'est les Français qui l'ont choisi. C'est vrai qu'il m'a suivi toutes ces dernières années, lorsque j'étais moi-même candidat puisque lorsque je suis devenu Président. Après, il s'est émancipé, il a voulu présenter un projet aux Français, il s'est présenté devant eux et il a été élu. "Je lui adresse tous mes voeux de réussite".

À l'issue de la cérémonie, le président sortant s'est permis une discrète familiarité en tapotant la nuque d'Emmanuel Macron lorsque celui-ci regagnait son véhicule.

"C'est à lui maintenant, fort de l'expérience qu'il a pu acquérir auprès de moi, fort aussi de ce que nous avons fait ensemble, de continuer sa marche", a-t-il encore dit, se défendant de "vouloir capter" Emmanuel Macron. Il a ainsi souligné sa disponibilité à venir, après la passation de pouvoir, qui aura lieu dimanche.

Le chef de l'État a adressé quelques conseils à son successeur: "Il faut aimer les Français, tous, sans exception, et penser qu'ils peuvent être tentés par des solutions qui ne sont pas les bonnes" et "il faut apaiser autant que possible, et puis surtout les protéger, et ne pas s'abandonner aux facilités". Et de conclure: "J'ai beaucoup d'émotion d'être sur ces lieux".

Le président a confessé son "émotion" de présider à la dernière cérémonie du 8 mai, "et puis beaucoup d'émotion aussi, disons-le très franchement, très sincèrement, de donner à Emmanuel Macron la marche à suivre".

François Hollande et Emmanuel Macron, lundi.

Dernières nouvelles