Edouard Philippe à Matignon, une nomination qui divise les socialistes

Edouard Philippe: Qui est le nouveau Premier ministre d’Emmanuel Macron

Edouard Philippe nommé 1er Ministre par Emmanuel Macron

Une quinzaine de ministres tout au plus, dont la moitié de femmes et un tiers venus de la société civile: Emmanuel Macron veut un gouvernement resserré et ouvert.

"Edouard Philippe est une valeur sûre. Il a un profil local affirmé et il est plutôt discret".

"Je regrette qu'Édouard Philippe troque ses convictions et participe à l'opération de déstabilisation de la droite et du centre menée par Macron", a tweeté Éric Ciotti.

"Félicitations à Edouard Philippe pour sa nomination à Matignon: dépasser les vieux clivages pour servir la France et les Français", a-t-il publié sur Twitter.

Parmi eux Christian Estrosi, Gérald Darmanin, ancien coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy pour la primaire, les "lemairistes" Thierry Solère et Delphine Bürkli, de nombreux "juppéistes" tels que Christophe Béchu, Franck Riester, Dominique Bussereau ou Fabienne Keller, qui ont tous en commun d'avoir pris leurs distances avec François Fillon durant la campagne présidentielle. Ils évoquent un acte politique de portée considérable.

"La longue faillite morale de la droite s'accentue avec la nomination d'un membre important des "Républicains" comme Premier ministre". Elle a été imminente pendant sept heures. Il y a d'ailleurs côtoyé à cette époque, dans les rangs des jeunes rocardiens, un certain Alexis Kohler, aujourd'hui secrétaire général de l'Elysée.

Le successeur de Bernard Cazeneuve à Matignon est enfin connu.

Dans une tribune à Libération publiée entre les deux tours de l'élection présidentielle, Edouard Philippe écrivait: "Le vainqueur de dimanche n'aura pas le choix". C'est d'autant plus surprenant que c'était devenu un secret de Polichinelle et qu'on savait depuis plusieurs jours que le poste allait revenir à Edouard Philippe, député-maire du Havre.

"Quelqu'un qui aura une expérience dans le champ politique, les compétences pour diriger une majorité parlementaire et les compétences pour animer un collectif gouvernemental qui sera profondément renouvelé", avait-il dit sur Europe 1 début mai.

Lors de la passation de pouvoirs avec son prédécesseur socialiste, M. Philippe s'est revendiqué "homme de droite", en soulignant que "l'intérêt général doit guider tout engagement", même si son parti Les Républicains (LR) rêve de priver le parti présidentiel de la majorité lors des législatives et d'installer son chef de campagne, François Baroin, à Matignon.

"En tant que conservatrice, sa marge de manoeuvre avec Macron est très limitée", a reconnu un ministre allemand sous couvert d'anonymat. Et qu'en pensent-ils? À Nancy, cela chiffonne parfois, d'autres sont plus positifs. "Il a donc, je crois, toutes les qualités pour assumer la fonction difficile que le président de la République vient de lui confier", a déclaré Alain Juppé dans une brève réaction à la presse depuis sa ville.

Dernières nouvelles