Alliance ? Marion Maréchal-Le Pen tend la main à Laurent Wauquiez

Hervé de Lépinau

Hervé de Lépinau

C'est un appel du pied marqué qu'a lancé Marion Maréchal-Le Pen à Laurent Wauquiez dans un entretien à Valeurs actuelles à paraître jeudi 18 mais dont certains extraits on été consultés par Le Monde ce mercredi 17. "J'ai été très marquée, récemment, par son livre 'La cause du peuple', dans lequel j'ai vu exposés de manière claire les fondements de cette droite nationale, identitaire, sociale, qui est la mienne", indique-t-elle. Marion Maréchal-Le Pen, elle, veut encore y croire, tout en concédant qu'il "est inexact dans la structuration actuelle des partis politiques". Surtout si Laurent Wauquiez devient président des Républicains.

Marion Maréchal-Le Pen, qui se dit régulièrement de "droite", là où sa tante est "ni droite ni gauche", demande toutefois "ce qu'il fera (it) de ce pouvoir! Si c'est pour avoir un nouveau Sarkozy, ce n'est pas utile".

"Ce qui est sûr, c'est que dans le paysage politique actuel à droite, il fait partie de ceux dont les déclarations laissent penser qu'on aurait des choses à se dire et à faire ensemble, je ne vais pas dire le contraire", a-t-elle ajouté. "C'était la synergie qu'avait réussie Nicolas Sarkozy en 2007", déclare-t-elle même. Évoquant des raisons personnelle et familiales, Marion Maréchal-Le Pen a expliqué dans une lettre adressée au Dauphiné Libéré qu'elle abandonnait la présidence du groupe FN au sein du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur mais aussi qu'elle ne comptait pas se représenter aux législatives pour un second mandat. Je ne sonde pas les cœurs et les reins. "Seul l'avenir le dira". Sur Twitter, il a rappelé son refus de toute "alliance avec la gauche et le FN". "Dans les dix ans qui viennent, les cartes seront totalement rebattues". Une seule boussole: "les valeurs de la droite et du centre", rappelle-t-il.

"La génération qui vient a déjà mis un bulletin FN dans l'urne, elle est complètement décomplexée, plus du tout sensible à la diabolisation, n'a pas baigné dans le rêve européen et n'a rien à perdre".

Dernières nouvelles