Emmanuel Macron et Angela Merkel plaident pour des réformes profondes de l'UE

Emmanuel Macron sera reçu par Angela Merkel lundi à Berlin

France-Allemagne: Macron à Berlin au lendemain de son investiture

Viendra ensuite la visite à Angela Merkel, prévue lundi soir: le nouveau président réserve à la chancelière allemande son tout premier déplacement à l'étranger, tout comme François Hollande qui s'était envolé pour Berlin le jour même de son investiture.

Pour l'heure, Angela Merkel comme Emmanuel Macron paraissent vouloir insuffler une dynamique positive que la presse allemande a déjà baptisée "Merkron", en insistant sur la résilience de l'Union européenne après le choc du vote des Britanniques en faveur du Brexit et les crises financière et migratoire qui ont ébranlé les Vingt-Huit. "Il y a un souhait de travail conjoint sur quelques priorités: sécurité, économie et investissements, et la protection sociale avec la lutte contre le dumping ainsi que le sujet des travailleurs détachés", ajoute-t-on côté français.

Veuillez vous connecter pour lire l'intégralité.

Les propos de la chancelière, tout en restant prudents, constituent un geste et une marque d'ouverture à l'égard du nouveau président français. Angela Merkel, elle, recevra son quatrième président français depuis qu'elle a accédé à son poste.

"Macron a clarifié pour rassurer, en expliquant qu'il ne voulait pas d'+Eurobonds+ et de (mutualisation) des dettes anciennes (des pays de la zone euro)".

L'Allemagne ne craint rien de moins qu'une victoire du Front national dans cinq ans si Emmanuel Macron échoue. "Nous avons des problèmes de chômage en Allemagne et ce problème est encore plus grave en France", a poursuivi Angela Merkel avant d'annoncer "un conseil des ministres franco-allemand", après les élections législatives françaises.

Après Berlin, un autre déplacement est prévu cette semaine auprès des militaires sur le terrain à l'étranger, comme promis durant la campagne. À peine aura-t-il été investi, dimanche, qu'Emmanuel Macron sera dès le lendemain à pied d'œuvre pour travailler sa stature internationale et nouer de premières relations diplomatiques avec ses homologues. "En l'espèce, il n'y en aura pas avec moi", a-t-il dit. En 2012, François Hollande, tout juste élu, avait choisi lui d'effectuer une visite surprise en Afghanistan le 25 mai, pour préparer le retrait des forces françaises engagées dans le pays.

Les projets de refonte de M. Macron concernant le fonctionnement de la zone euro impliquent pour la plupart un changement de traité, toujours risqué car il nécessite une ratification de l'ensemble des pays européens.

M. Macron s'était également rendu en fin d'après-midi à l'Hôtel de Ville à l'invitation de la maire de Paris Anne Hidalgo, l'occasion de renouveler sa promesse d'"accompagner pleinement" la candidature de la capitale pour l'organisation des jeux Olympiques de 2024.

Le huitième président de la Ve République a formé sa garde rapprochée dimanche, nommant le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, et son conseiller diplomatique, Philippe Etienne, des choix qui marquent l'importance donnée aux sujets économiques et européens dans son agenda.

Dernières nouvelles