Zenimax s'attaque désormais à Samsung — VR

Zenimax s'attaque désormais à Samsung — VR

Zenimax s'attaque désormais à Samsung — VR

C'est du moins ce qu'a prononcé une cour de justice qui a requis une sanction de 500 millions de dollars contre Oculus pour le vol de technologies relatives à la réalité virtuelle issues de travaux préliminaires chez ZeniMax.

ZeniMax a déjà remporté une bataille juridique contre Oculus en février, mais maintenant, la société s'attaque à Samsung pour les mêmes problèmes.

Si ce dernier n'est pas aussi évolué que l'Oculus Rift et exploite les composants d'un smartphone pour générer des univers virtuels, il est le fruit d'une collaboration entre Samsung et Oculus et exploite une partie des technologies incriminées.

ZeniMax, la maison-mère de Bethesda Softworks, vient de se trouver une nouvelle cible. Cette fois-ci, c'est Samsung qui se retrouve convoqué à la barre, pour avoir prétendument violé les droits de la technologie ZeniMax avec son casque Gear VR.

Oculus a par ailleurs fait appel de la décision, ce qui pourrait conduire à de nouveaux rebondissements et une redéfinition des sanctions prononcées.

Si Carmack n'a pas directement travaillé pour Samsung, la plainte affirme notamment que celui-ci aurait contribué au " plan d'attaque " de la marque sur la VR mobile, avec la création du Gear VR.

En ce qui concerne les spécificités, ZeniMax soutient qu'il y a une violation du droit d'auteur pour le code utilisé dans le Gear VR, ainsi qu'un "détournement de secret commercial, concurrence déloyale et enrichissement injuste".

À noter également que John Carmack demande pour sa part, dans une affaire indépendante, 22,5 millions de dollars à ZeniMax, réclamant de fait le dernier paiement que ZeniMax aurait dû lui verser pour le rachat d'id Software par ZeniMax en 2009.

Dernières nouvelles