Trump aurait révélé des informations classifiées à la Russie

Donald Trump le 17 mai 2017 à la Maison Blanche

Donald Trump le 17 mai 2017 à la Maison Blanche

La divulgation de ces informations sensibles pourrait donner des indications sur la façon dont elles ont été collectées, et pourrait par ailleurs mettre en difficulté des sources.

Toujours selon cette source à la Maison Blanche, l'idée selon laquelle M. Trump soutenait Mme Le Pen était exagérée et uniquement basée "sur un tweet au sujet des frontières" et sur le passage de l'ancienne présidente du Front National à la Trump Tower.

" Aucune source de renseignement, ni méthode, n'a été discutée à aucun moment, et aucune opération militaire n'a été divulguée, qui n'était pas déjà connue publiquement ", a-t-il ajouté.

A l'issue de cette très brève déclaration à l'extérieur de la "West Wing", le patron du NSC s'est ensuite éclipsé sans répondre aux questions des nombreux journalistes présents.

Les informations partagées par le président américain avec M. Lavrov et l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis Sergueï Kisliak concernaient le groupe Etat islamique et avaient été communiquées par un partenaire des Etats-Unis qui n'avait pas donné l'autorisation à Washington de les partager avec Moscou, affirme le Washington Post.

Alors que la Maison Blanche est éclaboussée par une série de polémiques autour du présiden, accusé de tentative d'entrave à la justice et de transmission de secrets d'État à la Russie.

Lors de sa rencontre avec Lavrov dans le Bureau ovale, Trump s'est écarté de ses notes et a décrit dans le détail une menace liée à l'EI, concernant l'usage d'ordinateurs portables à bord d'avions, ont précisé ces responsables.

Le "Washington Post" écrit que l'information relayée par M. Trump à l'occasion de la rencontre du 10 mai lui avait été fournie par un partenaire américain dans le cadre d'une entente de partage d'informations.

La rencontre a eu lieu au lendemain du limogeage du patron du FBI James Comey, chargé de l'enquête sur les liens éventuels entre les équipes de campagne de Trump et Moscou.

Le quotidien précise qu'il a décidé de ne pas publier plus de détails sur ce projet terroriste à la demande expresse de responsables américains.

"Si c'est vrai, c'est évidemment troublant", a réagi le sénateur républicain John McCain sur CNN. "J'ai d'excellentes informations. J'ai des gens qui me donnent dhaque jour avec d'excellentes informations", a-t-il affirmé, selon un responsable cité par le quotidien.

"Le président doit au monde du renseignement, aux Américains et au Congrès une explication détaillée", a lancé de son côté Chuck Schumer, chef de file des démocrates au Sénat.

Les clichés montrant un Donald Trump souriant en train de serrer la main de MM. Lavrov et Kisliak avaient été rapidement diffusés par le gouvernement russe.

Dernières nouvelles