Emmanuel Macron dévoile son premier gouvernement — France

Dès la nomination d'Edouard Philippe comme nouveau Premier ministre d'Emmanuel Macron, Alain Juppé avait été l'un des premiers à s'exprimer sur le sujet.

Le premier gouvernement du quinquennat devrait panacher des responsables de droite, de gauche, du centre et de la société civile, pivot de la doctrine politique du jeune centriste, qui a désigné lundi un Premier ministre issu du parti de droite Les Républicains, Edouard Philippe, 46 ans, quasi inconnu du grand public.

Emmanuel Macron préside jeudi à 11H00 son premier Conseil des ministres, l'occasion de fixer le cap de son quinquennat face à un gouvernement qu'il veut "collégial", "collectif" et à l'image de la recomposition politique lancée pour les législatives. C'est depuis le perron de l'Elysée que les noms des ministres doivent être dévoilés, ce mercredi 17 mai à 15 heures.

Deux nouveaux ministres qui faisaient partie du gouvernement sortant. " Ils déclareront au premier ministre l'ensemble des intérêts qu'ils ont eu à connaître, au-delà de la période de cinq ans prévue par la loi, afin de prévenir tous les risques de conflits d'intérêts dans l'exercice de leur mission gouvernementale", précise ainsi le communiqué de l'Elysée. Il chercherait ainsi à convaincre Nicolas Hulot, ancien présentateur de télévision et figure respectée de l'écologie, d'accepter un "ministère de la Transition écologique".

Il l'est moins que le premier gouvernement Fillon (2007), qui comptait 20 membres et moins aussi que les engagements d'Emmanuel Macron qui avait évoqué "une quinzaine" de ministres. Onze personnalités de ce nouveau gouvernement sont issues de la société civile, dont l'une de ses figures les plus actives est Jean-Michel Blanquer qui a été nommé au poste de ministre de l'Education nationale.

Mercredi il recevra à déjeuner à l'Élysée le président du Conseil européen, Donald Tusk. Habitué à refuser ministères et candidatures diverses, l'ex-animateur de TF1 a décidé "cette fois-ci de franchir le pas", sous certaines conditions, selon un proche. Nathalie Kosciusko-Morizet lorgne la Défense.

En riposte, sous l'égide de François Baroin, Les Républicains ont lancé un contre-appel des 577 candidats de la droite et du centre aux législatives à défendre leurs "convictions" et à gagner ces élections pour imposer une cohabitation. À gauche, Jean-Yves Le Drian est donné comme seul survivant du gouvernement Cazeneuve, à la Défense. Et les femmes? Macron, dont le premier cercle durant la campagne était très masculin, a promis la parité.

Emmanuel Macron pourrait également choisir de propulser de jeunes espoirs féminins du privé, comme Astrid Panosyan, passée par la direction d'Unibail-Rodamco, la spécialiste de communication Axelle Tessandier, la productrice de cinéma Frédérique Dumas ou Amélie Castéra-Oudéa, cadre sup d'Axa, intéressée par les Sports. Il sera accompagné de la vice-présidente du parti, Marielle de Sarnez, qui rejoint le ministère des Affaires européennes, ainsi que de Sylvie Goulard, qui est désormais la ministre des Armées. Le nouveau président avait annoncé une équipe gouvernement présentant une probité irréprochable, paritaire, ouverte à la société civile et surtout "de droite et de gauche", une rupture dans la vie politique.

Dernières nouvelles