Le gouvernement d'Edouard Philippe à l'Elysée pour son premier Conseil des ministres

Les Premiers ministres depuis 1958

Les Premiers ministres depuis 1958

S'il est resserré, ce premier gouvernement de l'ère Macron compte cependant davantage de ministres que le premier gouvernement Fillon qui avait battu un record sous la Ve République en la matière avec seulement 15 ministres, quatre secrétaires d'Etat et un Haut-Commissaire.

Ce qui suppose qu'il comportera "évidemment une forme de souplesse et d'intelligence et de discussion (.) Sinon, s'est interrogé Edouard Philippe, à quoi servent les ralliés de droite?" Les secrétaires d'Etat: Christophe Castaner est nommé porte-parole du gouvernement chargé des relations avec le Parlement, Marlène Schiappa est chargée de l'égalité des femmes et des hommes, Sophie Cluzel est chargée des personnes handicapées, Mounir Mahjoubi est chargé du numérique. Le Premier ministre est également revenu sur les informations de presse affirmant que son mentor Alain Juppé, ainsi que l'ancien maire du Havre Antoine Rufenacht, lui auraient déconseillé d'accepter Matignon.

La parité sera presque parfaitement respectée autour de la table du conseil, avec onze femmes et onze hommes et autant de ministres de plein exercice de l'un comme de l'autre sexe parmi les membres du gouvernement, même si la présence d'Emmanuel Macron et du Premier ministre fera pencher la balance du côté masculin.

Selon le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, Emmanuel Macron a souligné aussi que son rôle serait de "fixer la stratégie", de "donner un cap, un sens" et de préserver "les équilibres de nos institutions".

Elle suivra "la ligne sur laquelle le président" a été élu, a assuré jeudi le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, un proche de la première heure d'Emmanuel Macron.

Dans l'immédiat, Emmanuel Macron se rendra vendredi sur la base de Gao au Mali, sa première visite pour saluer les troupes françaises, pour un aller-retour dans la journée. "Le président a rappelé que nous ne sommes pas cantonné à des étiquettes", a précisé Christophe Castaner. Même si "cohérence ne veut pas dire uniformité".

"Les ministres sont des militants de la majorité présidentielle, ils ne sont plus les militants de tel ou tel parti politique", a poursuivi M. Castaner.

Les sujets de friction pourraient porter sur les questions économiques entre le président de la République et deux ministres venus de la droite qui détiennent les portefeuilles de l'Économie et des Comptes publics, respectivement Bruno Le Maire et Gérald Darmanin.

Les ministres candidats aux législatives des 11 et 18 juin qui perdraient devront quitter le gouvernement, a-t-il ajouté: "c'est la tradition républicaine".

Malgré l'esprit réformiste du nouveau président de la République, l'organisation de ce premier conseil est régi par des règles strictes.

La moitié proviennent de la société civile, une proportion jamais vue, dont une médaillée olympique d'escrime Laura Flessel, aux Sports, un populaire animateur de télévision écologiste, Nicolas Hulot, à la Transition écologique ou une éditrice, Françoise Nyssen, à la Culture.

Parmi les ministres figurent quatre socialistes (dont deux avaient rejoint En Marche!) deux radicaux de gauche, trois centristes, deux LR, les autres provenant de la société civile.

"C'est assez malin de la part d'Emmanuel Macron de mettre les deux prises d'otage de droite à Bercy pour incarner l'augmentation des impôts et de la CSG", a raillé François Baroin, chef de file de LR pour les législatives.

Un peu plus de six Français sur dix (61%) se disent satisfaits de la composition de ce premier gouvernement, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié jeudi.

Dernières nouvelles