Manuel Valls veut être candidat d'En marche!, le parti temporise — Législatives

VALLS APPELLE À BÂTIR UNE MAJORITÉ AUTOUR DE MACRON

Manuel Valls. "Le Parti socialiste est mort"

" La bannière sur laquelle les candidats aux élections législatives En Marche! iront s'appelle La République en Marche ", a rappelé le porte-parole, qui a réservé un accueil plutôt froid à l'ancien Premier ministre.

Cela fait des semaines qu'il préparait le terrain. Le centriste Emmanuel Macron a été élu dimanche président de la République française, battant sa rivale d'extrême droite Marine Le Pen.

La République en marche autorise ses membres à être encartés dans un autre parti, ce qui n'est pas le cas du PS. "Si certains veulent partir ou se singulariser qu'ils le fassent et nous laissent travailler", a signifié Jean-Christophe Cambadélis.

Juste après le premier tour de la présidentielle, Manuel Valls a apporté un soutien sans faille à Emmanuel Macron.

"Il ne s'agit pas d'avoir des états d'âme, il s'agit d'avoir une vision claire, a-t-il encore ajouté". "Aujourd'hui, l'essentiel, c'est de donner une majorité large et cohérente, sans futurs frondeurs, à Emmanuel Macron pour qu'il puisse gouverner".

"A ce jour, il n'est pas dans les critères d'acceptation de sa demande d'investiture", a déclaré M. Delevoye sur Europe 1. Et d'ajouter: "donc on verra si M. Valls décide de se proposer, nous aurons à choisir si nous maintenons cette candidate ou pas". Mais "nous allons nous relever", affirme-t-il.

La moitié des candidats aux législatives soutenus par Emmanuel Macron qui devront être issus de "la société civile " pourront aussi être des élus, maires, conseillers départementaux ou régionaux. Le député Christophe Castaner embraye sur France Bleu, sur un ton tout de même moins condescendant: "J'ai beaucoup de respect pour Valls mais l'investiture n'est pas automatique".

Un accueil très frileux, mais moins amer que la réaction du Parti Socialiste, lequel a déclaré hier qu'il serait impossible pour Manuel Valls d'à la fois disposer de sa carte d'adhérent du PS et de faire partie de la République en marche. Je ne crois pas (qu'il l'ait fait). "La procédure est la même pour tout le monde, ancien Premier ministre compris", a-t-il insisté.

Le coup de grâce est venu ce matin de la bouche de Jean-Paul Delevoye, le référent En Marche pour les investitures: "Il n'est pas forcément opportun pour le mouvement En marche d'intégrer cette candidature".

Il n'était jamais allé aussi loin. Alors quel sera l'avenir du Parti socialiste?

Au sein du Parti socialiste aussi, ce ralliement risque de susciter des remous.

Avant de lancer: " Ce parti socialiste est mort, il est derrière nous, pas son histoire et ses valeurs, mais il doit se dépasser.

Interrogé sur sa possible exclusion, l'ex-chef du gouvernement de François Hollande a répondu: "Le PS va exclure un ancien Premier ministre qui a toujours été loyal (.) sans jamais exclure ou se poser la question de ceux qui votaient contre la loi de finances ou de ceux qui préparaient des motions de censure?". "Oui", a-t-il dit.

Dernières nouvelles