Nouvelle avancée prometteuse contre Ebola

Un vaccin va être expérimenté en RDC pour lutter contre le virus Ebola a annoncé l'Organisation mondiale de la Sant

Un vaccin va être expérimenté en RDC pour lutter contre le virus Ebola a annoncé l'Organisation mondiale de la Santé. | AFP

Selon un premier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), trois personnes seraient déjà mortes et neuf cas suspects ont été identifiés.

Pour lutter contre cette la maladie, selon Dr Oly Ilunga Kalenga, la RDC travaille en étroite collaboration avec ses partenaires techniques, dont l'OMS et l'UNICEF.

Ainsi, l'antiviral le plus avancé pour combattre Ebola, appelé "ZMappTM", un cocktail de trois anticorps, ne cible que la souche Zaïre du virus mais se révèle sans effet contre les souches du Soudan et du Bundibugyo. La maladie a été détectée dans une zone isolée du Bas-Uélé, à environ 1.300 km au nord-est de Kinshasa. Ce plan couvre notamment la coordination de la réponse, le renforcement de la surveillance, la recherche des cas, la mise en application stricte des mesures d'hygiène et de biosécurité dans les formations sanitaires et les communautés locales, la prise en charge médicale, le renforcement des capacités de diagnostic des laboratoires mobiles, l'appui aux activités de communication, etc.

Il s'agit de la première flambée d'Ebola depuis la terrible épidémie qui avait frappé l'Afrique de l'Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11.300 morts sur quelque 29.000 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

En mai dernier, la directrice sortante de l'OMS, Margaret Chan, avait affirmé que le monde n'était pas à l'abri d'une nouvelle épidémie d'Ebola mais il y sera "mieux préparé".

L'OMS a expliqué le 18 mai 2017 qu'elle souhaiterait mettre en place en RDC une vaccination dite "en anneaux" ou "en ceinture". Une telle campagne de vaccination devrait faire face à d'importants défis logistiques, car le vaccin doit être conservé à une température de -80°C, et être acheminé vers une zone isolée.

"Comme vous l'imaginez", mener cette opération "dans une zone sans télécommunications, sans route et sans un grand réseau électrique, ce sera un énorme défi", a dit le Dr Salama.

Dernières nouvelles