Paris - Gouvernement: Collomb, Hulot, Bayrou, trois ministres d'Etat

Le gouvernement Macron sera dévoilé en début de soirée

Le gouvernement Macron sera dévoilé en début de soirée

Le nouveau président "fixera à cette occasion les grandes orientations de son quinquennat et la feuille de route du gouvernement", mais aussi "la méthode de l'action gouvernementale qui doit reposer sur deux piliers: la collégialité, et l'action collective", explique-t-on à l'Elysée.

En 2007, le premier gouvernement de François Fillon ne comptait que 19 membres (15 ministres et quatre secrétaires d'Etat), rappelle Libération. Finalement, Marlène Schiappa hérite d'un secrétariat d'Etat chargé de l'Egalité des femmes et des hommes.

Rappelons que, nommé Premier ministre lundi, Édouard Philippe a formé ce mercredi son gouvernement qui comprend 18 ministres et quatre secrétaires d'État. Seulement 45% des Français font confiance au nouveau président et 36% à Édouard Philippe, selon le premier baromètre Elabe.

Ils déclareront au Premier ministre l'ensemble des intérêts qu'ils ont eu à connaître, au-delà de la période de cinq ans prévue par la loi, afin de prévenir tous les risques de conflits d'intérêts dans l'exercice de leur mission gouvernementale.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. A noter enfin que plusieurs appellations ministérielles ont changé symboliquement: confié à Sylvie Goulard, le ministère de la Défense devient celui des Armées, comme c'était le cas entre 1958 et 1969. Dans le détail, les trois ministres d'Etat - un titre honorifique qui atteste du poids dans le gouvernement -sont des hommes (Gérard Collomb à l'Intérieur, François Bayrou à la Justice, Nicolas Hulot à la Transition écologique et solidaire). "Le seul juge, c'est le suffrage universel", a-t-il dit, alors que M. Macron, qui prône une hausse de la CSG, a nommé à Bercy deux figures des Républicains, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, dont le parti fait campagne contre cette mesure.

La volonté de maîtriser l'expression de l'exécutif conjuguée à la fermeture inhabituelle de la cour d'honneur de l'Elysée à l'issue de ce premier Conseil des ministres a cependant suscité quelque inquiétude dans les rangs de la presse. Emmanuel Macron souhaitait ouvrir la politique à la société civile. Il a réussi à faire venir dans la même équipe des socialistes, des radicaux de gauche, des centristes et des membres du parti Les Républicains.

Un peu plus de six Français sur dix (61%) se disent satisfaits de la composition de ce premier gouvernement, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié jeudi.

Egalement interrogé sur l'avenir de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, rejeté par le nouveau ministre de la Transition écologique, Edouard Philippe a indiqué qu'"il y aura un médiateur qui va permettre de mettre l'ensemble des choses sur la table, d'étudier l'ensemble des options, et ensuite nous prendrons une décision qui sera assumée, qui sera claire".

Mais aussi Agnès Buzyn, médecin spécialiste d'hématologie aux Solidarités et à la Santé, Françoise Nyssen, éditrice, à la Culture, Muriel Pénicaut, ancienne dirigeante d'entreprise, au ministère du Travail, ou Jean-Michel Blanquer, directeur général du Groupe Essec, à l'Éducation nationale. Quant à la centriste Marielle de Sarnez, elle a été nommée ministre des Affaires Européennes et travaillera en collaboration avec Jean-Yves Le Drian au Quai d'Orsay.

Dernières nouvelles