Pas d'état de grâce pour le couple Macron-Philippe — Sondage

Le nouveau président français Emmanuel Macron a dévoilé mercredi son premier gouvernement, une équipe de rupture marquée par une stricte parité hommes-femmes et un panachage politique intégrant des personnalités de gauche, de droite, du centre et de la société civile. L'équipe gouvernementale du nouveau locataire de Matignon, Édouard Philippe, compte 18 ministres et 4 secrétaires d'État.

Le nouveau Premier ministre, Edouard Philippe est crédité de seulement 36% de réponses positives.

Cette liste des personnalités de la société civile est complétée par des cadres de l'administration comme Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale (ancien directeur de l'enseignement scolaire et directeur général de l'ESSEC), la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn (présidente de la Haute autorité de Santé), la ministre du Travail, Muriel Pénicaud (PDG Business France, agence publique), la ministre auprès de la Transition écologique, chargée des Transport, Elisabeth Born (PDG RATP). "Dans un communiqué, le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, indique que les " membres de LR " qui ont " rejoint " le gouvernement " ne font plus partie des Républicains ". En raison du report, le premier Conseil des ministres de ce quinquennat se tiendra jeudi. Édouard Philippe aura également dans son gouvernement des socialistes, comme Jean-Yves Le Drian ou encore Gérard Collomb. François Bayrou, 65 ans, président du Modem, absent d'un exécutif depuis 1997, fait son retour.

Le porte-parole a évoqué aussi "la réforme du renseignement" et "la simplification de la vie administrative avec le droit à l'erreur" face à l'administration, l'un des points saillants du programme d'Emmanuel Macron. Dans ce premier gouvernement, on retrouve en effet deux membres des Républicains (Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics).

Bruno Le Maire, 48 ans, candidat malheureux à la primaire de droite et du centre (2,4 % des voix), qui espérait -il y a encore un an- incarner " le renouveau " en politique, a été nommé ministre de l'Économie.

À peine entré en fonction, Emmanuel Macron se voit déjà accusé par la presse de ne pas avoir tenu certaines de ses promesses faites pendant la campagne électorale.

Pour prendre la succession de Stéphane Le Foll au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, c'est le sénateur cantalien Jacques Mézard, membre du Parti radical de gauche qui a été choisi.

Les quatre ministères régaliens ont été dévolus à deux socialistes - Jean-Yves Le Drian, l'un des deux rescapés du quinquennat de François Hollande, qui passe de la Défense à l'Europe et aux Affaires étrangères avec le Commerce extérieur dans ses attributions, et Gérard Collomb, "marcheur" de la première heure, qui prend l'Intérieur - et à deux centristes - François Bayrou à la Justice et Sylvie Goulard aux Armées.

Au total, sur dix-huit ministres, neuf sont issus de la société civile.

Les centristes tirent manifestement leur épingle du jeu de l'accord d'alliance signé avec Emmanuel Macron en février. La Guadeloupéenne Laura Flessel, 45 ans, ancienne championne olympique d'escrime a été nommé ministre des Sports. "Il a également renoncé au "ministère plein et entier des Droits des femmes" ", écrit ce mercredi Le Figaro, précisant que M. Macron s'était " contenté " d'un secrétariat d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes.

Dernières nouvelles