Pourquoi François Bayrou, ministre de la Justice, est-il mis en examen?

Marielle De Sarnez une fidèle de Bayrou aux Affaires européennes

Diffamation : François Bayrou fixé vendredi sur son renvoi en correctionnel

Le ministre est visé par un procès en diffamation, qui a été fixé vendredi au 10 janvier 2019 devant la 17 chambre du tribunal correctionnel de Paris. El Sistema France a porté plainte pour diffamation, estimant que ces propos portaient atteinte à l'intégrité de l'association.

Le 28 septembre 2015, celui qui était alors maire de Pau présidait une assemblée de conseil communautaire dans sa ville.

Ce jour-là, lors du conseil communautaire de Pau-Pyrénées, le maire François Bayrou critique vertement les motivations de l'association qui propose alors de lancer à Pau un projet de ce type. Le maire MoDem de Pau se lance dans une diatribe contre l'association, diffusée sur Web-TV Pau-Pyrénées, accessible sur DailyMotion.

Interrogé, l'avocat de M. Bayrou, a assuré que son client n'avait fait que "mettre en exergue les agissements peu scrupuleux d'une association". Après avoir ajouté qu'il ne changerait pas d'opinion sur ses idées, l'association en question avait décidé de porter plainte et pour cause.

Pour son premier déplacement, le nouveau ministre de la justice s'est rendu à Pau. J'ai refusé et j'ai dit que je n'acceptais pas ces attitudes mercantiles, ce qui n'est pas une injure.

L'avocate de l'association, Florence Bourg, a de son côté dénoncé "des accusations très graves, qui n'ont jamais fait l'objet de poursuites et qui ont des répercussions très sérieuses pour l'association" alors que, selon elle, "il n'y a rien qui permette à François Bayrou de prouver ses accusations".

"Quand nous avons découvert qu'on voulait nous faire signer l'engagement de reverser à ces gens 8 à 15 % de tous les fonds publics et privés collectés pour l'orchestre d' enfants, nous nous sommes gendarmés", avait expliqué Bayrou après sa mise en examen en novembre 2016, paraphrasant sa sortie de 2015: "Je l'ai dit et je ne retire pas un mot de ce que j'ai dit".

"C'est une association bénévole, sans but lucratif, qui va se retrouver face au ministre de la Justice", a-t-elle relevé, soulignant qu'elle serait attentive "au respect d'une parfaite égalité de traitement".

Dernières nouvelles