Un responsable algérien agresse un diplomate marocain à Sainte-Lucie

ONU- Sahara: Un diplomate algérien perd son sang-froid et agresse son homologue marocain

Agression d'un diplomate marocain par un officiel algérien ?

Un diplomate marocain a été sauvagement agressé par un responsable algérien lors de la réunion du Comité spécial des 24, organe de l'ONU sur la décolonisation à laquelle ont participé jeudi 18 mai 2017, les deux pays (Algérie-Maroc). "Ce genre d'extrême, jusqu'à l'agression physique, c'est unique dans les annales", a-t-il déploré. Il s'agit de Mohamed Ali Khamlichi, adjoint de l'ambassadeur du Maroc à Sainte-Lucie, et son agresseur n'est autre que Soufiane Mimouni, directeur général du ministère algérien des Affaires étrangères.

"Réagissant à cette agression sans précédent dans une réunion de l'ONU, le ministre des Affaires étrangères du Maroc Nasser Bourita s'est indigné d'un tel comportement".

Coté Algérien, la réponse ne s'est pas faite attendre: c'est "une pièce de théâtre de bas étage", a déclaré ce vendredi Abdealziz Benali Cherif, porte-parole du ministère des Affaires étrangères qui a rejeté les accusations des responsables marocains, qualifiant leur déclaration d'"archi-fausse".

Pour le chef de la diplomatie marocaine "cela traduit une extrême nervosité de la diplomatie algérienne: qu'un représentant algérien se déplace jusqu'à Sainte-Lucie, et énervé par la demande de nos représentants, en vienne ainsi aux mains".

Ce dernier a été évacué vers l'hôpital, la réunion interrompue et une plainte a été déposée. Et c'est cette île des Caraïbes qui a été le théâtre d'une vive altercation entre un diplomate marocain et un représentant algérien.

" Depuis ces dernières années, à chacune de ces réunions se pose le problème de la représentativité pour nos provinces du sud [Sahara occidental], où nos représentants élus contestent la présence du Front Polisario", explique un responsable marocain à l'AFP. Le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, en réclame l'indépendance. "C'est d'autant plus surprenant de la part d'un pays (l'Algérie) qui se dit simplement observateur au Sahara", a-t-il dit.

Dernières nouvelles