Jean-Luc Mélenchon ironise sur "la naïveté" de Nicolas Hulot

Nicolas Hulot a été nommé mercredi ministre d'État à la Transition écologique et solidaire, au troisième rang dans la hiérarchie du premier gouvernement d'Emmanuel Macron, élu à la présidence de la République le 7 mai.

Sans plus d'explication. Contactée, la maison d'édition n'a pas encore répondu aux sollicitations du Lab.

Intitulé provisoirement "Osons le big bang démocratique", l'ouvrage - dont la sortie initiale était prévue pour septembre 2017 - défendait des thèses prônant un profond changement des institutions, jugées incapables d'affronter les enjeux de l'avenir selon les auteurs, parmi lesquels figurent de nombreux universitaires et autres politologues.

Vendredi et en raison de la nomination de Nicolas Hulot au gouvernement, la maison d'édition "Les liens qui libèrent" a annoncé l'annulation de la parution d'un livre de la fondation Nicolas Hulot que son ex-président devait préfacer.

Face aux critiques de personnalités de gauche, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon en tête, Nicolas Hulot a défendu sa nomination: "Les divergences que l'on voit ne sont pas si importantes que ça, en tous cas à ce stade, a-t-il estimé".

M. Trubert, qui reconnaît "une mauvaise communication", ajoute que le livre prenait appui sur des solides bases: "Nous publions avec l'accord de la fondation et avec une quarantaine d'experts, des études et des rapports qui interrogent sur les défis de la société". Mais depuis sa nomination au ministère de la Transition écologique et solidaire, l'ancien animateur d'Ushuaïa a dû renoncer à ce poste.

Dernières nouvelles