Attentat de Manchester : l'État islamique revendique l'attaque qui a fait 22 morts

La police à Manchester le 23 mai 2017

La police à Manchester le 23 mai 2017

L'attaque sera revendiquée par le groupe Al-Qaïda.

La police et les services de renseignement ont identifié l'homme qui s'est fait sauter avec un engin explosif, Salman Abedi, âgé de 22 ans.

7h22 La sécurité est renforcée mardi matin à Manchester, rapportent les médias britannique. La police cherche à établir "s'il a agi seul ou s'il a reçu l'appui d'un réseau".

Les blessés sont traités dans huit hôpitaux, a précisé la police.

La police a également procédé à une "explosion contrôlée", afin de sécuriser l'accès d'un lieu qu'elle a perquisitionné, a précisé le commissaire Hopkins.

Ariana Grande devait se produire pour une dizaine de dates en Europe, avec une halte en France pour deux concerts, l'un à Paris, le 7 juin et l'autre à Lyon deux jours plus tard. Peu après 22h30 heure anglaise lundi soir, plusieurs milliers de personnes se trouvaient dans l'Arena de Manchester, où le dernier titre de la chanteuse pop américaine Ariana Grande venait de retentir. La Première ministre Theresa May a dénoncé dans la nuit une "épouvantable attaque terroriste" et exprimé sa sympathie aux victimes et à leurs familles. La plus jeune victime aurait 8 ans et la chanteuse Ariana Grande en est sortie de son côté indemne, mais choquée.

Mardi, de nombreux parents étaient toujours à la recherche de leurs enfants, alors qu'une structure d'accueil a été mise en place au stade de football de Manchester City pour apporter un soutien aux victimes et aux proches.

La police confirme 19 morts et environ 50 personnes blessées.

" Les gens tombaient les uns sur les autres dans l'escalier. C'est une tragédie", a déclaré à l'AFP Stephanie Hill, venue assister au concert avec sa fille Kennedy. Cela fait de cet attentat "le plus meurtrier à avoir frappé le Royaume-Uni depuis la série d'attaques suicide ayant fait 56 morts, dont les quatre kamikazes, et 700 blessés dans les transports londoniens en juillet 2005", note le Huffington Post.

À Manchester, la tension était palpable mardi. Un centre commercial a été brièvement évacué, créant un mouvement de foule. "J'ai fini par les trouver et elles vont bien", a-t-il dit. Ce quartier se trouve à moins de deux kilomètres de l'endroit où le suspect de 23 ans a été épinglé. "Je persiste à dire, j'assume mon propos, on ne fait pas le nécessaire pour protéger les Français face à cette menace islamiste terroriste qui va se démultiplier dans les mois qui viennent et pour une raison simple: des terroristes islamistes reviennent en ce moment de Syrie", a déclaré devant la presse Mme Le Pen, en campagne législative à Oignies (Pas-de-Calais). Les réactions affligées se sont multipliées dans le monde.

Dernières nouvelles