Possible attaque terroriste — Manchester

Manchester: le sixième attentat au Royaume Uni depuis 2005

Possible attaque terroriste — Manchester

Des enfants figurent parmi les 22 morts de l'attentat lors d'un concert pop dans une salle de Manchester, commis par un homme qui est mort après avoir fait exploser un engin, a indiqué mardi la police britannique.

Ainsi, dans la même veine, Nordpresse, le site satyrique belge, a posté un article tout aussi minable: "Le groupe de défense de la bonne musique revendique l'attentat de Manchester".

Quasiment tous les témoins, dans et hors de la salle, évoquent sur les médias britanniques un grand bang. L'explosion a provoqué des scènes de panique dans la salle de concert, mais aussi dehors, où des parents attendaient la sortie de leurs enfants.

Un quart d'heure plus tard, elle précise avoir effectué l'explosion contrôlée mais révèle que l'objet suspect n'était qu'un vêtement abandonné.

"Le terrorisme est une menace mondiale et les pays civilisés doivent agir ensemble pour en venir à bout, où qu'il sévisse", selon lui. La salle était pleine d'enfants et d'adolescents, le public de la chanteuse.

La police de Manchester confirme qu'"un homme armé d'une bombe artisanale", serait à l'origine de l'explosion, sans donner plus de détails sur son identité, ajoute The Guardian. Les spectateurs se précipitent alors dans le sens contraire ou a eu lieu la détonation, c'est alors la place aux bousculades et autres élans de panique, dans le but de sortir le plus rapidement possible.

Depuis la soirée de lundi, de nombreuses personnes venues assister au concert où chercher leurs proches ont témoigné de l'explosion, qui a fait au moins 22 morts et une soixantaine de blessés.

"On a écouté la dernière chanson et soudain, il y a eu comme un flash avec un "bang" et puis de la fumée", a expliqué sur la BBC Gary Walker, de Leeds, venu avec sa femme pour attendre leur fille à la sortie du concert.

L'attentat s'est déroulé deux mois jour pour jour après celui de Londres qui avait fait 5 morts.

Dans un communiqué de l'Elysée, le chef de l'Etat Emmanuel Macron a fait part de son "effroi" et sa "consternation" en apprenant l' attentat meurtrier survenu lundi soir à Manchester.

"Ma maman m'a dit que c'était peut-être une explosion due au gaz mais lorsqu'on a appris que c'était un attentat terroriste, j'ai eu très peur", a déclaré à l'AFP Grace Trippitt, 11 ans, qui a également assisté au concert avec sa mère. Un centre commercial a été brièvement évacué, créant un mouvement de panique, après une autre arrestation, non liée à l'attentat selon la police.

Cela fait de cette attaque la plus meurtrière depuis les attentats du 7 juillet 2005 à Londres, qui avaient fait 52 morts. "Brisée. Du fond du coeur, je suis affreusement désolée. Toutes nos pensées et prières vont à toutes les victimes", a écrit Manchester United sur Twitter.

Dernières nouvelles