Progresser dans l'intégration de la zone euro

Paris et Berlin veulent aller plus loin dans l'intégration de la zone euro

Zone euro: Paris et Berlin veulent aller "plus vite plus loin" dans l'intégration

Bruno Le Maire est en visite lundi à Berlin afin d'y rencontrer son homologue allemand, Wolfgang Schäuble. "Eh bien, nous sommes désormais décidés à faire avancer les choses plus vite, plus loin, de manière très concrète", a-t-il ajouté.

Le Maire et Schäuble ont annoncé la création d'un groupe de travail qui devra présenter des propositions "très concrètes" pour progresser dans l'intégration à l'intérieur de la zone euro. "Ca fait des années qu'on parle de progrès d'intégration dans la zone euro mais les choses n'avancent pas assez vite et pas assez, a déclaré le ministre des Finances français après avoir prononcé quelques phrases en allemand". Le menu est à la hauteur des ambitions du président de la République: convergence fiscale et économique, investissements communs et européens, gouvernance de la zone euro.

Les deux ministres pourront endosser cette feuille de route quand ils se rencontreront à nouveau à l'occasion du Conseil économique et financier franco-allemand, en amont du Conseil des ministres franco-allemand qui aura lieu en 2017, a indiqué le ministère français.

"Nous savons que le renforcement de l'union monétaire est d'une importance capitale, et nous avons la conviction commune que la France et l'Allemagne ont la responsabilité particulière d'en être le moteur", a souligné l'Allemand.

La chancelière a de son côté insisté sur sa volonté d'"aider" M. Macron "afin qu'il puisse réussir".

Les deux ministres ont aussi prévu de travailler sur le chantier institutionnel qui doit permettre de conduire à un gouvernement économique de la zone euro.

"Nous voyons dans le Brexit la possibilité pour nos entreprises financières d'être plus attractives qu'elles ne l'étaient auparavant" et de créer "de la richesse" et "de l'emploi", a estimé M. Le Maire, promettant de "saisir cette opportunité".

Enfin M. Le Maire a assuré M. Schäuble que "la France respecterait ses engagements en matière de réduction des déficits", conformément aux promesses d'Emmanuel Macron.

Il n'a en revanche rien dit des difficiles négociations qui doivent s'ouvrir pour définir les conditions de sortie de l'UE du Royaume-Uni, alors que les Etats-membres doivent confirmer lundi le mandat de leur émissaire, le Français Michel Barnier.

Les réformes d'austérité prises par Athènes vont "dans la bonne direction", a déclaré lundi le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble avant une réunion à Bruxelles où un accord sur la Grèce pourrait être trouvé. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Dernières nouvelles