"Kidnapping" de ses lapins par des activistes de la cause animale

Boucherie Abolition

Boucherie Abolition

Des lapins blancs. Illustrations.

On ignore combien de lapins exactement ont été délivrés mais plus tard, le groupe a expliqué que plusieurs femelles enceintes avaient été soignées et sont "en train de découvrir la liberté dans un refuge spécialisé ".

Les locaux de l'Institut national de recherche agronomique (Inra), situés à la frontière des communes d'Auzeville-Tolosane et Castanet-Tolosan, ont été la cible, dimanche 21 mai, d'une opération coup de poing émanant d'un groupe d'individus se présentant comme des militants pour l'abolition de l'élevage et la défense de la cause animale.

Des escabeaux pour enjamber les clôtures, des grandes tenailles pour faire sauter les verrous des clapiers et tout un tas de boîtes grillagées pour exfiltrer les lapins. Les activistes ont filmé leur opération de sauvetage en direct sur Facebook. "Ils sortent les animaux un à un, scandant des slogans type " J'accuse l'Etat de crime d'engraissement " ou " J'accuse l'Etat de crime eugéniste ". L'institut s'est dit inquiet pour la santé et le bien-être des animaux, et notamment des lapines et de leurs futurs lapereaux, et a porté plainte.

L'Inra a condamné ce mardi l'action des militants. Mais aussi des dommages immatériels "du fait de l'interruption des études scientifiques en cours". Il a déposé plainte pour "effraction, dégradations et vol ".

Dernières nouvelles