Pour La France insoumise, c'est jamais sans Jean-Luc Mélenchon — Législatives

Archives. Jean Luc Mélenchon et Alexis Corbière seront côte à côte à Montreuil ce mercredi soir. LP  O.C

Archives. Jean Luc Mélenchon et Alexis Corbière seront côte à côte à Montreuil ce mercredi soir. LP O.C

Jean-Luc Mélenchon le fondateur de la France insoumise, est convoqué par la justice après une plainte pour diffamation de la Société Générale, a t-il révélé dans un communiqué publié mercredi.

Pas d'accord, mais de l'ambition.

Le secrétaire national du parti communiste, Pierre Laurent, a estimé lundi qu'une "vingtaine de députés" PCF pourraient être élus aux législatives, malgré l'absence d'accord avec La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

"Il est réaliste de dire que nous pouvons élire, grâce à une intense et conquérante campagne dans les jours à venir, plus du double de députés communistes et Front de gauche que dans l'Assemblée précédente", qui en comptait 10, a assuré le sénateur de Paris lors d'une conférence de presse.

Un objectif résolument ambitieux, même si le parti a investi 524 candidats. Si Alain Duhamel reconnaît au leader de la France insoumise un talent d'orateur et un charisme politique incontestable, il estime toutefois que "quand il se présente comme le principal opposant à Emmanuel Macron, il galéje".

Surtout, relève Alain Duhamel, si Jean-Luc Mélenchon entend être le principal chef d'opposition au gouvernement, il aura la quatrième position, à l'issue des législatives.

Le candidat dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône dit qu'il se rendra à la convocation du juge le 26 juin, "comme n'importe quel citoyen le fait en pareil cas sauf madame Le Pen".

Ils soutiennent en outre 72 candidats venant de LFI, d'Ensemble et d'autres composantes du Front de gauche, de EELV et même des socialistes comme Benoît Hamon à Trappes (Yvelines).

Dernières nouvelles