Face aux leaders musulmans, Donald Trump appelle à "isoler" l'Iran

Face aux leaders musulmans, Donald Trump appelle à

Face aux leaders musulmans, Donald Trump appelle à "isoler" l'Iran

En tout, 34 accords relatifs aux secteurs de la défense, du transport aérien et l'énergie ont été signés. Parmi ces projets, des ventes d'armements à Ryad approchant les 110 milliards de dollars. Déjà samedi, au moment de la signature de mégas-contrats avec l'Arabie Saoudite, le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, avait mis la pression sur le régime de Téhéran en soulignant sa "mauvaise influence" dans la région.

"Il doit cesser immédiatement", a-t-il ajouté lors d'une brève allocution après des entretiens avec son homologue israélien Reuven Rivlin, trois jours après la réélection haut la main du modéré Hassan Rohani à la présidence de l'Iran.

'Ceux qui ont soutenu les terroristes ne peuvent pas les combattre', a accusé M. Rohani. "Il n'y pas d'autre solution", a-t-il mis en garde.

Depuis son arrivée en Arabie saoudite, Melania Trump s'affiche sans voile dans ce royaume ultraconservateur où les Saoudiennes sont obligées de se couvrir la tête en public.

L'Arabie saoudite, régie par le wahhabisme, version rigoriste de l'islam et qui impose des restrictions notamment aux femmes, a engagé l'an dernier un ambitieux programme, Vision 2030, visant à introduire des réformes économiques et sociales et à dynamiser la vie culturelle dans le pays. Plus tard dans la journée, le locataire de la Maison-Blanche se rendra au mur des Lamentations à Jérusalem, une première pour un président américain rapporte FranceTVInfo. Mais nous devons être certains que nous n'allons pas nous coucher avec un rêve pour nous réveiller avec un cauchemar: avec l'Iran, l'Etat islamique et le Hamas à nos frontières.

Le président américain Donald Trump à Ryad le 21 mai 2017
MANDEL NGAN
Le président américain Donald Trump à Ryad le 21 mai 2017 MANDEL NGAN

Finalement, Donald Trump a été moins bavard sur sa relation avec l'islam et la place de cette religion sur la société américaine et que son prédécesseur Barack Obama. C'est dire que les positions de Trump évoluent en fonction des intérêts des Américains; ce qui explique que les sujets qui fâchent, en l'occurrence le financement supposé ou réel par l'Arabie Saoudite et le Qatar, d'organisations terroristes ont été soigneusement éludés. Dans son discours, Trump a voulu donner de l'espoir aux jeunes musulmans du monde.

M. Trump a par ailleurs participé brièvement à la danse traditionnelle au sabre lors d'une cérémonie d'accueil. Les relations diplomatiques entre Téhéran et Washington sont rompues depuis la révolution islamique de 1979, celles entre Téhéran et Ryad depuis l'exécution en janvier 2016 d'un leader chiite saoudien. Les rues, quasiment désertes, étaient également ornées de photos montrant le roi et M. Trump avec un slogan 'Ensemble, nous triomphons'.

"En première ligne de ses critiques, le président américain Donald Trump a appelé tous les pays à " isoler " l'Iran".

Si ses prédécesseurs réservaient traditionnellement leur premier déplacement à leur voisin direct -Mexique ou Canada-, M. Trump a choisi la monarchie pétrolière saoudienne.

Son périple le mènera ensuite en Israël, dans les Territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile pour les sommets de l'Otan et du G7 où les alliés européens de Washington seront en quête d'engagements clairs.

Dernières nouvelles