Attentat à Manchester : nouvelles interpellations, l'enquête avance

Ariana Grande

Attentat de Manchester : la police enquête sur un réseau, quatre personnes en garde à vue

Salman Abedi, l'auteur présumé de l'attentat qui a péri dans l'attaque, était un Britannique originaire de Libye.

Il a été arrêté mardi à 20 h 00 locale au moment où il recevait 4500 dinars libyens envoyés par son frère Salman, selon la même source qui ne fournit pas plus de détails.

Jeudi matin, deux nouvelles arrestations ont eu lieu dans la région de Manchester (nord-ouest), ce qui "porte à huit le nombre d'hommes en garde à vue" dans le cadre de l'enquête sur l'attentat qui a visé un concert pop lundi soir, faisant 22 morts et 64 blessés, a annoncé la police.

Des images de la police britannique reproduites par le New York Times montrent un détonateur que le kamikaze aurait tenu dans sa main gauche, des morceaux de métal et des vis jonchant le sol taché de sang, ainsi que des fragments d'un sac à dos bleu déchiqueté.

- La tension monte entre le Royaume-Uni et les États-Unis, après des fuites des services de renseignements américains sur l'enquête sur l'attentat de Manchester.

Des militaires ont commencé à se déployer à la mi-journée en mission de surveillance sur des lieux sensibles dans les grandes villes et pourraient aussi patrouiller dans des gares et aéroports, concerts et événements sportifs.

Mercredi, c'est le père de l'auteur présumé de l'attentat meurtrier commis lundi soir à Manchester qui a été arrêté à son domicile à Tripoli, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Force de dissuasion, Ahmed Ben Salem. La police a annoncé qu'elle avait procédé à une explosion contrôlée lors d'une perquisition dans le sud de Manchester. Ils ont trouvé refuge dans la banlieue résidentielle de Fallowfield, au sud de Manchester, où le suspect résidait.

Une mule au service du groupe EI?

Selon le ministre de l'Intérieur, il est "sans doute" passé par la Syrie: il s'agirait d'un individu qui "tout d'un coup, après un voyage en Libye puis sans doute en Syrie, se radicalise et décide de commettre cet attentat".

Plusieurs stations de métro ont été fermées ponctuellement à Manchester, pour faciliter le travail de la police, qui a mené plusieurs perquisitions.

"Devant la mosquée de Didsbury, fréquentée par le kamikaze, un responsable, Fawzi Haffar, a affirmé que " cet acte lâche " n'avait " pas sa place dans [sa] religion ", et appelé " quiconque ayant des informations à contacter sans délai la police ".

Le bilan pourrait s'aggraver: une vingtaine des 59 blessés hospitalisés - parmi lesquels douze ont moins de 16 ans - restaient en soins intensifs mercredi.

Nick Lewis, le père d'une collégienne grièvement blessée, a décrit les près de dix heures de chirurgie pendant lesquelles sa fille Freya "a été recousue, percée, ressoudée et ré-assemblée sous des pansements. La pente va être longue à remonter mais on s'y met ".

Les morts ont été identifiés et leurs proches prévenus, a indiqué la police, précisant qu'un policier se trouvait parmi eux.

Une minute de silence sera observée dans tout le Royaume-Uni jeudi à 11H00 (10H00 GMT), jour où la campagne pour les élections législatives du 8 juin va reprendre.

Manchester United devait malgré tout disputer mercredi soir, avec un brassard noir, la finale de l'Europa League à Stockholm.

Dernières nouvelles