Donald Trump en Israël voit une "rare opportunité" pour la paix

Trump en visite à Jérusalem lundi

Côte d'Ivoire-Inter / Donald Trump en Israël pour relancer le processus de paix

Le président des Etats-Unis Donald Trump a appelé mardi à Jérusalem Israéliens et Palestiniens à faire des compromis pour la paix et à prendre "les décisions difficiles" qui s'imposent.

En septembre 2016, Barack Obama et Benjamin Netanyahou s'étaient entendus pour augmenter à 38 milliards de dollars l'assistance militaire américaine pour la période 2019-2028, au lieu de 30 milliards de dollars pour la période 2009-2018.

Plus tôt ce mois, l'administration américaine a annoncé des contrats de ventes d'armements de 110 milliards de dollars à l'Arabie saoudite, conclus directement par le gendre de Donald Trump, Jared Kushner.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir.

Après le sommet des dirigeants arabes en Arabie Saoudite et avant ceux de l'OTAN et du G7 dans les prochains jours, il a invoqué une vaste convergence d'intérêts dans la lutte contre l'extrémisme.

En surplomb du mur s'étend l'esplanade des Mosquées (le mont du Temple pour les juifs), troisième lieu saint de l'islam.

Des liens qu'il souhaite utiliser pour mettre en œuvre son projet de présider " l'accord ultime " qui permettrait de régler une fois pour toutes le conflit israélo-palestinien.

Avec sa signification religieuse et politique, Jérusalem est au coeur de ce conflit. Le Saint-Sépulcre, le mur des Lamentations et l'esplanade des Mosquées se situent à Jérusalem-Est, partie palestinienne dont Israël s'est emparé en 1967 et qu'il a annexée en 1980.

Les Palestiniens, eux, veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'État auquel ils aspirent depuis des décennies.

M. Trump sera le premier président américain en exercice à se rendre au mur des Lamentations. Il a débarqué à Jerusalem à Tel Aviv à 11h20 (heure parisienne).

La paix n'a pas paru plus hors de portée depuis des années. Les intentions de M. Trump semblent aussi peu claires aux Israéliens qu'aux Palestiniens. La dernière tentative de négociations sous l'égide américaine a échoué en avril 2014. Le président cherche d'abord à "faciliter" la reprise de l'effort de paix et à obtenir des deux bords des engagements et des mesures de confiance, disent ses collaborateurs.

Cependant le scepticisme est de mise, avec un premier ministre israélien soumis aux pressions de sa droite, un président palestinien vieillissant et entravé par les divisions intestines et un président américain en pleine tempête politique à Washington.

Dernières nouvelles