L'agence Moody's abaisse la note de la dette chinoise

Le dictateur nord-coréen Kim Jong Un

Le dictateur nord-coréen Kim Jong Un

Le ministère chinois des Finances a critiqué mercredi la décision de l'agence de notation internationale Moody's d'abaisser les notes des dettes de la Chine.

L'agence s'attend à voir la croissance économique du pays tomber aux alentours de 5% par an sur les cinq années qui viennent dans la deuxième économie mondiale. Moody's précise que le programme de réforme devrait ralentir, mais pas arrêter, cette augmentation, et que les politiques de relance continues contribueront à accroître la dette dans tous les secteurs économiques. Moody's s'inquiète particulièrement de la dette des entreprises d'État, souvent déficitaires, et qui siphonnent une grande partie des crédits bancaires, au détriment du secteur privé.

Le gouvernement hongkongais a protesté avec force jeudi contre la décision de Moody's de réduire sa note de Aa1 à Aa2, avec une perspective qui passe toutefois de négative à stable.

La Chine avait fait de même après la décision la concernant, accusant l'agence d'avoir surestimé les difficultés du pays.

Selon les propos de Christopher Balding, professeur à l'Ecole de commerce HSBC à Shenzhen, recueillis par l'agence Bloomberg, la baisse de la note souveraine chinoise "n'a pas énormément d'importance parce que l'essentiel de la dette chinoise est détenu par des acteurs étatiques ou quasi étatiques et, très peu, par des étrangers ", a-t-il déclaré à l'agence Bloomberg. La dette totale de la Chine représentait 256 % du PIB à la fin de l'an dernier. Mais la dette extérieure n'en représente qu'environ 12 %. La seule dette publique devrait atteindre 45% du PIB d'ici à la fin de la décennie, d'après les estimations de Bloomberg.

En toute logique, l'on pourrait se demander si cet abaissement de l'agence de notation impactera négativement la courbe des investissements chinois en Afrique. Il va être plus difficile pour la Chine de financer sa dette.

En précurseur, le Fonds monétaire international (FMI) avait déjà alerté les autorités de Pékin sur les proportions que prenait la situation du pays dirigé par Xi Jinping. "Les entreprises chinoises vont avoir plus de mal à lever des fonds sur les marchés internationaux", a expliqué Liao Qun, économiste à la Citic Bank International à Hong Kong.

L'économie chinoise a connu un bon début d'année.

Dernières nouvelles