L'auteur de l'attentat de Manchester était animé par un "désir de vengeance"

La police britanniques a arrêté deux hommes jeudi près de Manchester, portant à huit le nombre de suspects en garde à vue.

Salman Abedi a voyagé avant de faire exploser son sac à dos à la Manchester Arena, lundi soir.

L'attentat revendiqué par le groupe État islamique (EI), dans lequel des dizaines de personnes ont également été blessés à la sortie d'une salle de concert, était "plus élaboré" que d'autres et "il semble probable" que l'assaillant n'ait "pas agi seul", a expliqué dans la matinée la ministre de l'Intérieur Amber Rudd.

Quatre autres personnes, toutes arrêtées dans le sud de Manchester, restaient en garde à vue.

Six ans après la révolte, la Libye est plongée dans le chaos et le groupe Etat islamique, qui a revendiqué l'attentat, y est implanté même s'il a subi des revers récemment à Syrte, dans le nord.

La police a annoncé en fin d'après-midi avoir interpellé un cinquième homme à Wigan, dans la grande banlieue de Manchester, "en possession d'un paquet" que les enquêteurs analysaient.

Hachem Abedi "a indiqué qu'il appartenait à l'EI avec son frère Salman Abedi (.) et a reconnu qu'il était présent en Grande-Bretagne au cours de la période de préparation de l'attentat", a affirmé la Force de dissuasion, qui fait office en Libye de police loyale au gouvernement d'union nationale (GNA).

Ramadan Abedi - qui aurait été arrêté devant des caméras alors qu'il accordait une interview aux journalistes à Tripoli, en Libye - a nié que son fils soit lié à des militants ou impliqué dans l'attentat-suicide survenu lors du concert de la star pop américaine, Ariana Grande. Enquête, profil du kamikaze, fuites: le point sur l'attentat de Manchester.

Selon plusieurs médias britanniques, Salman Abedi, né dans une famille musulmane pieuse, serait né à Manchester en 1994 de parents libyens ayant fui le régime de Mouammar Kadhafi pour trouver refuge au Royaume-Uni. Philippines: l'armée bombarde des islamistes proches de l'EIL'armée philippine bombardait depuis les airs jeudi une ville du sud de l'archipel où des islamistes inspirés par l'organisation Etat islamique ont tué au moins 11 civils, selon les médias, justifiant l'instauration de la loi martiale par le président Rodrigo Duterte. Peu avant 15h00, aucune arrestation n'avait eu lieu, selon la porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles, Ilse Van De Keere.

Les deux frères fréquentaient la mosquée locale de Didsbury, affirme encore le Guardian. Ce frère, Hachem Abedi, se trouvait au domicile familial à Tripoli (Libye), a indiqué un proche de la famille sous couvert de l'anonymat.

La première ministre britannique Theresa May devrait, au sommet du G7 vendredi, exhorter les entreprises du web à s'impliquer davantage pour éliminer les contenus extrémistes en ligne, après l'attentat de Manchester.

L'attentat est le plus meurtrier visant le Royaume-Uni depuis douze ans. Ainsi qu'un couple polonais venu chercher ses filles, indemnes elles, à la fin du spectacle, selon Varsovie. "La pente va être longue à remonter mais on s'y met".

Alors que Manchester United devait disputer mercredi soir, brassards noirs au biceps, une finale décisive de l'Europa League à Stockholm, son ancienne légende Éric Cantona a adressé un message d'amour à la ville: "Je souffre avec vous".

Dernières nouvelles