"Les Allemands sont mauvais", assène Trump — Automobile

Donald Trump, Emmanuel Macron et Angela Merkel, le 25 mai 2017 à Bruxelles-AFP  Eric FEFERBERG

Automobile : "Les Allemands sont mauvais", assène Trump

"Les Allemands sont mauvais, très mauvais", a-t-il dit, selon le magazine, lors de sa rencontre avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, celui du Conseil, Donald Tusk et d'autres hauts responsables de l'UE à Bruxelles. Il a poursuivi en ajoutant que ceux-ci vendent des millions de véhicules aux États-Unis. "C'est un problème de traduction".

Un représentant du cabinet de M. Trump a mentionné à la suite de ces commentaires que le président sous-entendait que ce sont les activités économiques de l'Allemagne qui sont nocives pour les États-Unis, et non pas la population allemande en soi. Interrogé vendredi lors d'une conférence de presse avant l'ouverture du G7 à Taormina (Sicile), le Luxembourgeois a assuré que la démarche de Donald Trump n'était "pas agressive".

Pour rappel, Donald Trump s'en était pris, avant même son élection, à l'Allemagne et à Angela Merkel.

Et pourtant, le Président Trump avait traité d' "excellent" son entretien avec la chancelière allemande à la maison blanche en Mars dernier même si au lendemain de cet entretien il avait lancé des piques à l'Allemagne sur la question de l'OTAN.

Le président américain Donald Trump a lancé une salve contre l'Allemagne et ses ventes de voitures aux États-Unis lors d'une rencontre jeudi avec les dirigeants de l'Union européenne, assure le site de l'hebdomadaire der Spiegel. Fidèle à son discours anti-libre-échange, il avait adopté un ton très dur vis-à-vis des excédents commerciaux allemands, menaçant d'instaurer des taxes douanières.

Tandis qu'il se trouve en Europe pour le sommet du G7 ainsi que pour une réunion des membres de l'OTAN, Donald Trump y est allé d'une attaque envers les constructeurs automobiles allemands.

La chancelière de son côté avait appelé le jour de son élection l'homme d'affaires à se tenir aux valeurs des démocraties occidentales après une campagne marquée par les dérapages et les controverses.

Dernières nouvelles