La sonde Juno révèle un visage très différent de Jupiter

Un orage gigantesque sur Jupiter dans cette image aux couleurs retravaillées

Un orage gigantesque sur Jupiter dans cette image aux couleurs retravaillées. | Nasa

Jupiter apparaît comme "un monde complexe, gigantesque et turbulent", très différent de ce que les scientifiques imaginaient, a expliqué la Nasa en commentant deux des premières études effectuées avec les données transmises par Juno publiées jeudi dans Science.

Vue de Jupiter montrant les nuages et un ouragan ( la forme ovale blanche) au-dessus de l'hémisphère sud de la planète.

En s'approchant de la couche nuageuse, Juno, qui est équipée de neuf instruments scientifiques, a pu mesurer l'activité thermale dans les profondeurs de l'atmosphère jovienne.

Des ouragans tourbillonnent, dans cette image aux couleurs retravaillées. Les données recueillies révèlent là aussi des structures inattendues, que les scientifiques ont interprétées comme des indications de masses d'ammoniaque provenant des profondeurs de l'atmosphère.

Selon ces études d'une équipe internationale de chercheurs décrites dans le premier article, l'induction magnétique (de 7,766 gauss) à proximité de l'enveloppe gazeuse de Jupiter dans la région de son équateur est deux fois supérieure à celle calculée auparavant par des modèles théoriques et quelque 10 fois supérieure à l'induction magnétique de la Terre. Il est environ dix fois plus puissant que le champ magnétique terrestre.

Alors que certains modèles prédisaient que la planète Jupiter disposait d'un noyau solide, les résultats envoyés par la sonde Juno ne sont malheureusement pas clair et ne permettent pas d'affirmer que la planète ait un petit noyau. Au contraire, selon Scott Bolton, responsable scientifique de la mission, le noyau pourrait être partiellement dissous et nettement plus grand que les prédictions des scientifiques.

Un orage gigantesque sur Jupiter, dans cette image aux couleurs retravaillées. Une orbite qui permet à la sonde de photographier la planète sous toutes ses coutures.

Lancée le 5 août 2011, Juno, s'est mise en orbite autour de Jupiter le 4 juillet 2016. La sonde est passée le 27 août au plus près de la planète, à 4 200km au-dessus de l'épaisse couche nuageuse. Les survols de Juno sont beaucoup plus proches que le précédent record de 43.000 kilomètres, établi par la sonde américaine Pioneer 11 en 1974.

"Nous sommes ravis de partager ces découvertes, qui nous aident à mieux comprendre ce qui fait de Jupiter une planète aussi fascinante, a écrit l'institution dans un communiqué".

Une autre publication est consacrée aux aurores boréales du géant gazeux et à la dynamique de la magnétosphère de Jupiter, qui change rapidement au fil du temps.

"Nous sommes perplexes quant à la façon dont ils pourraient être formés, à la stabilité de la configuration et à la mesure dans laquelle le pôle nord de Jupiter ne ressemble pas au pôle sud", a déclaré Scott Bolton, chercheur principal de Juno du Southwest Research Institute à San Antonio.

Dernières nouvelles