PSA sur la touche, le chinois Geely va racheter le malaisien Proton

Des voitures Geely à Shanghai le 22 août 2013  © AFP  Archives  PETER PARKS

Des voitures Geely à Shanghai le 22 août 2013 © AFP Archives PETER PARKS

Le groupe va donc acquérir 49,9 % de Proton et surtout 51 % de Lotus, marque à la réputation flatteuse et en pleine renaissance sous l'impulsion de son patron Jean-Marc Gales. Selon les médias malaisiens, c'est finalement le groupe chinois Geely, déjà propriétaire du suédois Volvo, qui va prendre le contrôle de 51% du constructeur malaisien qui souffre d'un effritement catastrophique de ses ventes et d'une incapacité à se projeter à l'international. Entre les deux, la holding malaisienne DHB-Hicom, propriétaire de deux constructeurs: la marque locale Proton et la britannique Lotus, tous deux ayant une santé fragile.

Il s'était mis en quête d'un "partenaire étranger stratégique" dont l'entrée au capital lui permettrait de "se revitaliser", avait-il indiqué le 7 février, assurant vouloir se prononcer "au premier semestre". En février, le français PSA (marques Peugeot, Citroën et DS) avait indiqué avoir répondu à l'appel d'offres du constructeur malaisien.

"Notre intention a toujours été d'assurer la revitalisation de la marque Proton", a déclaré Syed Faisal Albar, directeur exécutif de DRB-HICOM. "Cet accord va servir de catalyseur pour créer une marque qui fasse vibrer les Malaisiens".

Il contrôle également la London Taxi Company (LTC), qui fabrique les taxis noirs londoniens depuis 69 ans.

Geely, qui a enregistré l'an dernier une poussée de 50% de ses ventes sur le marché chinois, croit pouvoir infuser Proton de ses propres technologies et ainsi le relancer dans la compétition sur le marché malaisien mais également dans les autres pays conduisant à gauche, comme l'Inde ou l'Australie. © 2016 Agence France-Presse. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l'accord préalable écrit de l'AFP, à l'exception de l'usage non commercial personnel.

Dernières nouvelles