Nouvelles arrestations à Manchester, sécurité "intensifiée" — Royaume-Uni

Le MI5 enquête sur ses pratiques après l'attentat de Manchester

Nouvelles arrestations à Manchester, sécurité "intensifiée" — Royaume-Uni

Theresa May est critiquée par l'opposition pour avoir taillé dans les effectifs policiers.

Avec 22 morts et 116 blessés, dont plusieurs enfants et adolescents, il s'agit de l'attentat le plus meurtrier au Royaume-Uni depuis 12 ans et les attaques de Londres qui avaient fait 56 morts.

Le niveau d'alerte terroriste a été porté à son niveau maximal dans le pays après l'attentat revendiqué par l'EI, qui a annoncé d'autres attaques.

Jeremy Corbyn a souligné le lien entre la politique étrangère du Royaume-Uni et les attentats, une référence aux engagements militaires en Irak et en Afghanistan, ainsi qu'aux frappes menées en Syrie, auxquels ce pacifiste s'est toujours opposé. Une victoire du Parti travailliste aux législatives "changerait ce que nous faisons à l'étranger" a-t-il expliqué, en insistant sur le fait que "la guerre contre le terrorisme ne fonctionne tout simplement pas".

Le nombre de policiers a diminué d'environ 14 %, soit 20.000 officiers, entre 2009 et 2016, selon le groupe de réflexion indépendant Institut d'études budgétaires IFS.

Selon un sondage de l'institut YouGov publié dans le Times, la marge entre conservateurs et travaillistes dans les intentions de vote n'est plus que de cinq points, contre vingt-quatre en avril.

Mme May a convoqué ces élections anticipées dans le but d'en sortir renforcée en vue des négociations de sortie de l'Union européenne qui doivent s'ouvrir peu après le scrutin.

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson effectuera en milieu de journée une première visite de quelques heures à Londres pour marquer la solidarité de son pays avec les Britanniques.

La cheffe du gouvernement se trouvait ce vendredi pour une journée en Sicile au sommet du G7 et elle devait y exhorter les géants de l'internet à s'impliquer davantage pour éliminer les contenus extrémistes en ligne. Le président français Emmanuel Macron lui a promis de faire "tout ce qui est possible" pour l'aider à lutter contre le terrorisme lors d'une entretien bilatéral.

Bravant la tension et la peur du terrorisme, Manchester reprenait, elle, une vie normale.

Abedi, a loué un appartement dans le centre-ville, d'où il s'est rendu à l'Arena.

"Manchester est vraiment une ville résiliente, et nous attendons avec impatience cet événement sportif majeur, organisé avec le soutien de la police", a déclaré Luthfur Rahman, chargé des affaires culturelles et sportives de la municipalité.

Le Royaume-Uni repart vendredi en campagne électorale avec la sécurité au coeur du débat, pendant que la police poursuit son enquête sur le réseau jihadiste à l'origine de l'attentat de Manchester.

Lundi matin, la police a arrêté un nouveau suspect, un homme de 23 ans, à Shoreham-on-Sea, dans le Sussex (sud), selon un communiqué.

Quatorze perquisitions étaient encore en cours samedi soir, ont-ils précisé. Jeudi soir, la police à procédé à une nouvelle perquisition dans une maison à Wigan, petite localité située à l'ouest de Manchester, où un suspect avait été arrêté la veille.

L'auteur de l'attentat, Salman Abedi, était connu des services de police et faisait partie d'un groupe "objet d'intérêt" pour les services de sécurité britannique, selon une source gouvernementale citée par les médias britanniques. L'alerte avait été portée à son niveau maximum mardi après l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts lundi soir.

Dernières nouvelles