Première rencontre de Donald Trump et Emmanuel Macron autour d'un bon déjeuner

Terrorisme : l'Otan va rejoindre la coalition anti-EI

Le Monténégro deviendra le 29e membre de l'OTAN le 5 juin

Il serre la main à Emmanuel Macron visiblement très heureux d'avoir rencontré le 45 président des Etats-Unis. On se demandait surtout à quelle sauce la tornade républicaine allait manger l'artisan du mouvement En Marche!, qui a bouleversé la vie politique française à un niveau inimaginable il y a peu de temps.

En tournée à l'étranger depuis dimanche, le président américain devait participer jeudi après-midi à une rencontre avec l'ensemble des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'Otan, au nouveau siège de l'Alliance atlantique à Bruxelles. En cinq jours, le président nouvellement élu aura eu des entretiens bilatéraux avec pas moins de dix dirigeants - dont Donald Trump - tout en participant à des dîners et séances de travail multilatéraux, en présence d'une trentaine d'autres. "Mon sentiment est que nous sommes d'accord sur de nombreux sujets, en premier lieu et surtout sur le contre-terrorisme", a-t-il dit. "Bravo. Bien joué!", a-t-il ajouté. Lle président américain l'organisation internationale à se concentrer sur le terrorisme et "les menaces de la Russie", et renouvelé son appel au respect des engagements financiers de tous les Etats membres.

Donald Trump avait également, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue philippin Rodrigo Duterte citée par la presse américaine, révélé que les Etats-Unis avaient envoyé deux sous-marins nucléaires près de la péninsule coréenne, en proie à des tensions sur le programme d'armement nucléaire de Pyongyang.

Le président américain n'a pas répondu à une question d'un journaliste relative aux fuites dans les médias américains sur les détails de l'enquête sur l'attentat de Manchester qui ébranlent la coopération entre services de renseignement.

M. Trump a invité le nouveau président français Emmanuel Macron à déjeuner à l'ambassade américaine à Bruxelles, et au menu des divergences à aplanir à la veille d'une réunion du G7 en Sicile, le climat fait figure de plat de résistance.

Donald Trump a célébré la "formidable victoire" électorale du Français, ces deux dirigeants ayant en commun d'avoir été des outsiders dans leurs courses respectives à la présidence.

La visite de M. Trump et les impératifs de sécurité qui l'accompagnent auront occasionné quelques désagréments pour les Bruxellois, qui ont notamment vu les rues de la capitale se fermer en fonction des déplacements de ce prestigieux hôte. Ellea profité du sommet de l'Otan pour signifier à M. Trump "que l'information que nous partageons doit rester confidentielle".

La tête de ce dernier, tout sourire, et celle de Trump, crispée mode arroseur-arrosé, a beaucoup amusé les twittos du monde entier et les journaux étrangers, pour qui Emmanuel Macron est le premier leader international à avoir remporté la bataille... de la poignée de main.

Dernières nouvelles