Poutine accueilli par Macron au Château de Versailles

Rencontre Macron Poutine à Versailles quelle est cette exposition qu'ils vont inaugurer

Vladimir Poutine inaugurera l'exposition"Pierre Le Grand un tsar en France 1717 avec Emmanuel

Le président français Emmanuel Macron a prévenu lundi que "toute utilisation d'armes chimiques" en Syrie "fera l'objet de représailles et d'une riposte immédiate" de Paris, lors d'une conférence de presse conjointe à Versailles avec son homologue russe Vladimir Poutine.

"On peut imaginer que la conversation va être franche et assez directe". C'est en passe de réussir sur le plan international où sa jeunesse, son aplomb et un sens consommé du storytelling ont propulsé un premier marathon diplomatique en feuilleton planétaire, des rencontres au sommet de Bruxelles au G7 sicilien de ce week-end. Dans le nouveau récit élyséen distillé par le Président lui-même avec une minutie d'orfèvre, la poignée de main casse-phalanges imposée à Donald Trump devient "un moment de vérité", la réponse physique revendiquée de celui qui entend ne rien concéder aux adeptes des "rapports de force" sans pour autant se laisser aller à "l'invective".

"Beaucoup de choses vont dépendre de la première rencontre", a estimé lundi l'ambassadeur russe en France, Alexandre Orlov sur la radio Europe 1. Ces deux dernières années, les relations bilatérales se sont détériorées.

C'est le pari d'Emmanuel Macron qui accueille ce lundi matin Vladimir Poutine au château de Versailles pour une visite sous le signe de la relance du dialogue. Il aurait dû l'inaugurer en octobre 2016, mais l'escalade verbale entre Paris et Moscou provoquée par la campagne militaire du régime syrien et de son allié russe contre la partie rebelle d'Alep (nord de la Syrie) l'avait conduit à renoncer à ce déplacement. Le président français devrait d'ailleurs parler de l'annexion de la Crimée par la Russie, toujours condamnée par la France.

Sur la question des droits de l'Homme M. Macron a rompu avec la prudence de son prédécesseur, évoquant "très précisément" la question avec son homologue russe même s'il s'est gardé d'évoquer publiquement les cas personnels.

Pour nouer une relation personnelle, chacun devra faire un pas vers l'autre.

"Macron veut montrer à Poutine que la France prend seule ses décisions à l'international, qu'elle n'est plus à la remorque des États-Unis", poursuit-il.

Les deux chefs d'Etat tenteront d'arrondir les angles après la campagne présidentielle française marquée par l'accueil au Kremlin de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen et les piratages informatiques dont fut victime le mouvement politique d'Emmanuel Macron, En Marche!, attribués à des hackers russes.

Fiodor Loukianov, le président du Conseil pour la politique extérieure et de défense, a vendu la mèche: "Il ne faut rien attendre de cette visite: il s'agit pour les deux dirigeants de faire connaissance et de créer une ambiance positive. ou pas".

Dernières nouvelles